Cameroun

Itinéraire au Cameroun

Vous voulez visiter le Cameroun mais vous ne savez pas trop ce qu’il faut voir, comment vous organiser, quelles sont les étapes incontournables…J’y suis allée quand ma sœur y était en voyage humanitaire et j’ai fait un circuit dans l’ouest du pays. J’aurais bien aimé voir plus mais malheureusement tout l’extrême nord du pays est fortement déconseillé. Et j’étais assez limitée par le temps puisque j’y suis restée moins de deux semaines. Voici donc l’itinéraire que j’ai fait au Cameroun sur 10 jours (avec des idées supplémentaires de visites pour des circuits d’une quinzaine de jours).

Itinéraire au Cameroun de 10 jours

Jour 1 : Départ pour Batoufam et visite de la chefferie 

Les chefferies sont des petits royaumes, avec une entité politique et administrative propre. Bien que leur rôle ait diminué au fil des ans, elles n’en restent pas moins un échelon dans l’organisation du pays. Il existe trois degrés de chefferies, signifiant leur importance, avec 80 chefferies de premier degré et 800 de deuxième. Les possibilités pour les découvrir sont donc nombreuses, surtout dans l’ouest du pays. Nous avons pour notre part choisi de visiter celle de Batoufam, sur la route de Yaoundé à Bafoussam, d’y manger et d’y dormir.

Remarques : 

1. Il y a plusieurs chefferies sur cette même route et il est donc possible d’en visiter d’autres dans la journée.

2. A une trentaine de kilomètres de la sortie de Yaoundé, ne manquez pas de jeter un coup d’œil aux pêcheurs de sable d’Ebebda. Les pêcheurs, ou plutôt les plongeurs, restent en apnée sous l’eau pendant plusieurs minutes pour remonter le sable sur les pirogues. Il est toutefois difficile de s’approcher pour les voir et le mieux sera encore de le faire depuis le pont en voiture. Faites attention si vous voulez vous arrêter : les camions roulent assez vites sur l’axe routier.

Jour 2 : Foumban

Nous sommes arrivés dans la matinée à Foumban, capitale du royaume Bamoun, une ethnie d’Afrique fondée en 1394. Au programme : découverte du palais du sultan qui abrite le musée royal. Lors de notre visite, un musée à l’aspect plutôt étonnant était en construction à côté. Reprenant les emblèmes bamouns, il est en forme de serpent, avec une araignée au centre.  

Foumban est également connu pour être un grand centre d’art traditionnel africain, que l’on découvrira dans les boutiques de la rue des artisans, sur le marché, au musée des arts et des traditions bamouns ou tout simplement en s’éloignant du centre pour voir les fonderies artisanales.

Nous avons ensuite passé la nuit au monastère de Koutaba (à 10 kilomètres de Foumban), où nous avons diné et pris le petit-déjeuner. Le monastère accueille les pèlerins mais aussi les simples visiteurs, et dispose de plusieurs chambres individuelles, avec douche privée mais toilettes communes. Vous pourrez y assister à une des nombreuses prières qui rythment la vie des moines. Ne manquez pas non plus de gouter à leur sirop de café, en vente dans la boutique le long de la route principale. Voici l’adresse mail du monastère : koutabamonastere@yahoo.fr

Jour 3 : Randonnée au Mont Mbabit et chutes de la Metche

La randonnée au Mont Mbabit dure entre 2h30 et 3h : 1h30 à 2h pour arriver jusqu’au sommet puis 1h pour redescendre. En chemin, on passe à travers des plantations, notamment d’arachides et de maniocs. Le sommet offre une vue imprenable sur le lac de cratère et sur la région. Un guide est nécessaire pour l’ascension (compter 12 500 FCFA). Voici les coordonnées de Mickael, guide au Cameroun : michel.ksardou@gmail.com  ou assocationagrotoso@gmail.com / +237 6 96 52 27 30

Nous avons ensuite repris la route en direction de Mélong en passant par les chutes de la Metche, situées à la sortie nord-ouest de Bafoussam, sur la route menant à Dschang. Une plaque indique leur présence depuis la route. Pour les voir, il suffit alors de garer sa voiture sur le bas-côté et de marcher quelques mètres. L’entrée est gratuite mais il peut être demandé de laisser un pourboire au gardien. Il s’agit également d’un lieu de sacrifices où l’on vient faire des offrandes de toutes sortes : pièces de monnaie, repas, sel…

Lors de notre visite, nous avons croisé un groupe de jeunes femmes camerounaises qui, assez étrangement, nous a demandé si elles pouvaient se prendre en photo avec nous. J’avoue n’avoir pas compris l’intérêt sur le coup et ce n’est que plus tard que j’ai réalisé qu’elles voulaient une photo avec moi parce que j’étais blanche.

Nous sommes ensuite passés par la ville de Dschang sans toutefois nous y arrêter bien qu’il soit possible d’y visiter des plantations de thé.

Nous avons ensuite passé la nuit à la villa Luciole à Mélong. Après avoir dormi dans une chefferie, puis dans un monastère, et avant une nuit en tente, c’était assez agréable de retrouver un minimum de confort.

Jour 4 : Trek au Mont Manengouba

Le Mont Manengouba est un ancien volcan entouré d’une forêt tropicale culminant à 2 411 mètres d’altitude. Quasiment coupé du monde, seul un petit groupe d’éleveurs y habite, les Peules. Le site est connu pour ses lacs jumeaux, deux lacs délimités pas une mince arrête. Il est même possible de se baigner dans un des deux : le lac femelle. Le lac mâle est quant à lui beaucoup plus difficile d’accès. Il faut compter environ 4 heures de marche pour arriver jusqu’aux lacs jumeaux, avec un arrêt jusqu’au village. C’est ici que nous avons posé notre tente pour passer la nuit. 

Jour 5 : Descente du Mont Manengouba puis visite des chutes d’Ekom Nkam

Les chutes d’Ekom Nkam sont sans doute les plus connues du Cameroun puisque c’est ici qu’a été tourné le film Greystoke, la légende de Tarzan avec Christophe Lambert, sorti en 1984. Adapté du livre, le film retrace la vie de John Clayton, comte de Greystoke, alias Tarzan, recueilli par une guenon à la suite du décès de ses deux parents. Il grandit alors dans la jungle jusqu’au jour où il est retrouvé par un explorateur belge, le capitaine Philippe d’Arnot.

On peut notamment apercevoir les chutes d’Ekom Nkam dans la scène finale où Tarzan retourne dans la jungle. (A noter qu’une autre partie des scènes du film a été tournée dans le parc national de Korup, lui aussi au Cameroun).

Hautes de 80 mètres, les chutes se trouvent sur le fleuve Nkam, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Mélong. Elles sont caractérisées par la présence de deux chutes, une mâle, que l’on peut voir en permanence et une femelle, uniquement visible en saison des pluies.

Lors de la visite, on accède en premier lieu à un point de vue situé en face de la chute. Les plus courageux peuvent s’aventurer aux pieds des cascades en saison sèche mais en saison des pluies, le chemin est trop glissant et dangereux. 

L’entrée du site est de 2 000 FCFA par personne et 500 FCFA par appareil photo. Un guide vous accompagne tout au long de la visite. L’accès se fait sur la route entre Nkongsamba et Mélong, à mi-chemin entre les deux villes. Il faut ensuite prendre une piste d’un peu moins de 10 kilomètres qui vous emmène au parking. 

Nous avons ensuite rejoint Limbé avec une arrivée aux alentours de 20 heures.

Jour 6 : Limbé

Limbé fait partie du territoire anglophone du Cameroun et est parfois marquée par des revendications indépendantistes. D’ailleurs, il faut s’y attendre à des coupures du réseau Internet sur place. Ceci étant dit, Limbé est une jolie station balnéaire, avec de belles plages de sable noir, sur fond du Mont Cameroun, situé à quelques dizaines de kilomètres de là. Le paysage alterne ainsi entre anciennes coulées de lave et végétation luxuriante avec les plantations de palmiers, de thé et d’hévéas. Le jardin botanique de Limbé, sur une superficie totale de 200 hectares, fait d’ailleurs la part belle à toutes sortes de plantes et d’arbres.

Jour 7 : L’île aux singes, à côté d’Edéa

Après la nuit dans un monastère et celle dans une tente au sommet d’un ancien volcan, la nuit en cabane dans un refuge de chimpanzés, bercé par les cris de singes se trouvant à quelques centaines de mètres, sur une île au milieu du Sanaga, a obtenu la palme de l’hébergement le plus insolite de tout le séjour.

Il s’agit d’un site géré par l’association Papaye France, dont la mission est de protéger les chimpanzés, de recueillir les orphelins mais aussi les jeunes et les adultes utilisés comme animaux domestiques. Après quelques temps d’adaptation, ils sont réintroduits parmi les leurs. A notre arrivée, on a pu voir les bébés, qui passent leurs journées en forêt et rentrent uniquement pour dormir. Le lendemain, nous avons accompagné les soigneurs qui, depuis leur barque, vont nourrir les primates adultes et adolescents. Puis, nous avons prolongé la balade fluviale jusqu’à l’embouchure du fleuve Sanaga où nous nous sommes baignés.

A noter que si vous avez manqué les pêcheurs de sable en sortant de Yaoundé, vous aurez une chance de vous rattraper en les voyant sur la route entre Limbé et Douala.

Jour 8, 9 & 10 : Retour sur Yaoundé

Nous avons achevé notre séjour par Yaoundé. Bien qu’elle ne soit pas la capitale économique du pays, elle est celle politique. La ville compte ainsi de nombreuses administrations et quelques musées que nous avons découverts comme le musée national du Cameroun dans l’ancien palais présidentiel. Nous en avons aussi profité pour faire quelques achats au marché, notamment au marché artisanal de Tsinga et au marché aux fruits et légumes de Mfoundi. 

Nous sommes aussi partis à la découverte du parc semi-naturel de la Mefou, sur la route de l’aéroport. Créé en 1999, il a pour but de protéger les différentes espèces de singes victimes du braconnage. On y verra ainsi des chimpanzés, des babouins, des gorilles et des guenons, le tout réparti dans le parc d’une superficie de 857 hectares. 

Un peu plus loin, à une heure et demie de route, se trouve le site d’éco-tourisme d’Egobo. Nous n’avons pas eu le temps d’y aller mais ma sœur l’a testé de son côté lors de son séjour. 

Itinéraire au Cameroun de 15 jours

Voici d’autres idées si vous souhaitez découvrir le Cameroun en 15 jours : 

  • Domaine de Petpenoun, entre Fomban et Bafoussam (jour 3). Il s’agit d’un hôtel tenu par des français, avec des prix français. Ainsi, le tarif pour une chambre est assez cher (à partir de 45 000 FCFA la nuit) mais on a l’impression d’être dans un hôtel étoilé en France. Les activités à y pratiquer sont nombreuses : golf, piscine, tour de 4X4 autour du lac, balade en bateau… C’est calme et beau mais si vous cherchez à visiter le Cameroun authentique, passez votre chemin ;
  • Dschang, entre Fomban et Mélong (jour 4) : on pourra y voir la falaise, le lac municipal, le musée des civilisations et les chutes mythiques de la fée de l’eau ;
  • Buéa entre les chutes d’Ekom et Limbé (jour 6) : Buéa fut la capitale du protectorat allemand au début du XXème siècle puis la capitale du Cameroun occidental à l’indépendance du pays avant la réunification. Il n’y a pas beaucoup de choses à y visiter (peut être le Montain Hôtel et son « charme vieillot à l’anglaise ») mais il s’agit surtout du point de départ pour gravir le Mont Cameroun ;
  • Mont Cameroun : l’ascension du volcan, surnommé le « char des dieux » est assez difficile. Elle se fait en 2 jours de montée et un jour de descente pour un total de 27 kilomètres aller-retour. Le chemin traverse des forêts équatoriales et des prairies subalpines. Arrivé au sommet, à 4 100 mètres d’altitude, il peut y faire assez froid et il faut donc prévoir des vêtements pour se couvrir ;
  • Plantations de thé sur la route entre Buéa et Limbé ou avant d’arriver à Tokem vers Dschang ;
  • Kribi, entre l’île aux singes et Yaoundé (jour 9). Il s’agit d’une station balnéaire très prisée des expatriés de Douala et de Yaoundé. Outre ses longues plages de sable blanc, on pourra visiter les villages de pêcheurs de Edboundja et Londji afin d’y déguster des fruits de mer. 

Les lieux où il est déconseillé d’aller

Certains lieux sont déconseillés d’accès, voire interdits en raison des risques de kidnapping/attentat :

  • Parc national du Waza, à l’extrême nord du pays : réserve naturelle avec éléphants, lions, girafes, hippopotames, antilopes, singes, autruches…Il se situe à la frontière avec le Nigeria et le Tchad ;
  • Ville de Nora, capitale des Wandalas : c’est le lieu de rencontre des différentes ethnies du nord. Elle se situe également à l’extrême nord du pays, à 30 km du Nigeria ;
  • Parc national de Korup : forêt équatoriale où l’on pourra voir une faune très variée avec des singes, des oiseaux, des papillons…Il se situe à l’ouest du pays, à la frontière avec le Nigeria, à 125 kilomètres de Douala. 

Plan de l’itinéraire de 10 jours au Cameroun

Voici le plan de l’itinéraire de 10 jours que nous effectué au Cameroun. Au total, il y en avait pour un peu plus d’une vingtaine d’heures de trajet mais les routes sont assez mal entretenues, ce qui retarde la circulation. De plus, les embouteillages souvent fréquents à Yaoundé et à Douala, et il est donc difficile de prévoir le temps de trajet. 

Questions pratiques, nous avions un taxi avec un chauffeur pour tout le circuit, ce qui nous a permis de gagner en temps et en praticité par rapport aux trajets en bus.

A noter que les journées n’étaient pas trop chargées. Seule la sixième était assez complète avec la redescente de Manengouba, les chutes d’Ekom et surtout la route pour rejoindre Limbé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.