Cameroun

Que faire à Foumban ?

Foumban se situe à 250 kilomètres au nord-ouest de Yaoundé et à 75 kilomètres de Bafoussam. Elle est la capitale du royaume Bamoun, fondé au XIVème siècle. La visite incontournable est le palais du sultan. La ville est également un grand centre d’art traditionnel africain que l’on pourra découvrir en visitant le musée des arts et des traditions bamouns, dans les boutiques du centre des artisans, dans les fonderies traditionnelles ou sur le marché.

Visiter le palais du sultan de Foumban

Le palais du sultan est le siège du pouvoir bamoun. Achevé en 1917 par le 17ème roi de la lignée Bamoun, le roi Njoya, ce sont dans ses murs que se trouve le musée royal. Permettant de découvrir l’histoire des Bamouns et de la famille royale, il abrite notamment des parures, des armoiries, des instruments de musique, des statues, des bijoux et des masques. On pourra aussi y apercevoir la grande salle du palais et ses nombreux trônes décorés.

Pour fêter le centenaire de la construction du palais, un musée est en construction juste à côté. En forme de serpent à deux têtes avec une araignée au centre, il doit ouvrir à la fin de l’année 2017.

La visite guidée du musée coûte 2 500 FCFA et comprend également la visite du grand balafon, sorte de xylophone originaire d’Afrique occidentale qui se trouve sur la place du marché.  

Découvrir le royaume Bamoun

Le royaume Bamoun fut fondé en 1394. De nombreux rois se sont succédé depuis sa fondation, et l’un des plus célèbres est le sultan Ibrahim Njoya, qui édifia le palais. Il créa aussi sa propre langue avec son alphabet. Quelques livres de cette langue sont exposés dans le palais.

Pour la petite histoire, il passa sa vie à rechercher la femme parfaite. Il ne trouva toutefois aucune femme combinant toutes les qualités qu’il recherchait. C’est pourquoi il épousa 681 femmes qui possédèrent chacune une des qualités souhaitées sans les posséder toutes.

Sur les 19 monarques bamouns qui se sont succédé, deux furent reines. La première à diriger le royaume fut la fille du roi fondateur. La règle de primogéniture mâle ne s’appliquait pas encore et bien qu’elle eût des frères, elle put devenir reine.

Depuis, la loi a changé et il n’est plus possible pour une fille qui a des frères de devenir reine. C’est l’héritier mâle qui devient monarque. La deuxième femme qui régna sur le peuple bamoun ne le fit que pendant 30 minutes, avant d’abdiquer en faveur de son fils afin de rétablir la lignée royale, son prédécesseur ayant accédé au trône sans avoir été désigné héritier.  

Assister au festival du Ngouon de Foumban

Le Nguon est un festival qui se tient une fois tous les deux ans en décembre.

Il s’agit d’un grand rassemblement populaire au cours duquel le sultan bamoun est jugé.

Durant cette cérémonie, qui permet de pérenniser le dialogue social, le roi abdique symboliquement afin que le peuple puisse lui faire part de certaines critiques ou au contraire le complimente.

Les représentants de toutes les couches sociales demandent des comptes au roi pour tous les manquements constatés depuis la dernière édition du festival. Les distinctions et les privilèges cessent alors d’exister.

Outre cette cérémonie, de nombreux autres événements ont lieux pendant les 3 jours que dure le Ngouon : des conférences débats, des spectacles de danse traditionnelle, des concerts ainsi que le défilé des sociétés secrètes. Ces dernières regroupent des individus selon leur rang, leur fonction et leur richesse. Formant des réseaux de solidarité intergénérationnels, chaque société secrète est représentée par un chef nommé par le roi.

Découvrir l’artisanat bamoun

Il existe plusieurs façons de découvrir l’artisanat bamoun :

  • En visitant le musée des arts et des traditions bamouns qui abrite des collections d’ustensiles de cuisine, d’instruments de musique, de pipes, de statues, de masques, de gongs, de xylophones… ;
  • En pénétrant dans les boutiques de la rue des artisans pour voir le travail des sculpteurs. On y trouvera alors des tikis-tikis, des masques, des bijoux et toutes sortes d’autres objets ;
  • En découvrant le travail des fondeurs : on y apprendra comment ils réalisent les moulages, à base d’argile et de cire d’abeille, puis comment ils sont chauffés dans un four traditionnel pour être durcis et enfin comment le métal est coulé dans les moulages ;
  • En allant au marché, le 2ème plus grand de l’ouest, qui se tient les samedis autour de la mosquée. On y trouvera de tout : des poissons séchés, des fruits, des légumes, des objets d’artisanat, des pagnes, des chaussures… Un autre marché se tient le mercredi mais il est plus alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *