Cabanes pecheurs Estuaire Gironde
Nouvelle-Aquitaine

Une semaine en Gironde, que visiter ?

La Gironde est un vaste département où les vignes sont reines et les caves sont rois. Saint-Emilion en est l’emblème et Bordeaux le centre névralgique. Depuis plusieurs années, la ville a connu un renouveau assez spectaculaire, attirant de plus en plus de visiteurs mais aussi d’expatriés en provenance d’autres grandes villes françaises. Un de ses nombreux atouts : le littoral n’est qu’à une heure de route. De la dune du Pilat, plus grande d’Europe, à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, des sites naturels comme le bassin d’Arcachon ou la presqu’ile du cap Ferret, des villages ostréicoles et des stations balnéaires se succèdent pour permettre aux visiteurs de découvrir différentes facettes de la côte Atlantique. 

Déguster du vin à Saint-Emilion

Saint-Emilion, comment résister à l’envie de découvrir sa gastronomie et ses caves ? Entouré de vignobles, que l’on aperçoit depuis les hauteurs du village, le nom de Saint-Emilion met en émoi les papilles des amateurs de vin. 800 propriétés viticoles y exploitent la moindre parcelle pour faire pousser ces fameux raisins qui donneront naissance au Saint-Emilion. Car il faut savoir qu’il est le fruit d’un assemblage de plusieurs cépages dont le merlot, le cabernet franc et le cabernet sauvignon. D’ailleurs, il existe deux appellations différentes de Saint-Emilion : l’AOC et la Grand cru. Au sein même du Grand Cru il existe une nouvelle distinction : le classé A, pour le must du must, la quintessence du Saint-Emilion, et le classé B.

C’est donc tout naturellement qu’une des principales activités à faire à Saint-Emilion consiste à déguster du vin et à visiter les caves. Nous avons choisi de suivre une visite guidée proposée par l’office de tourisme. Accompagné du guide, nous nous sommes rendus sur une exploitation viticole, puis dans une cave pour en savoir plus sur l’élaboration du vin. Petit conseil : il fait généralement froid dans les caves, prévoyez donc de vous couvrir en conséquence. En tout, l’office de tourisme référence 136 châteaux à visiter dans la région. 

Le village de Saint-Emilion ne manque pas de charme et il est agréable de s’y promener. Son originalité repose en grande partie sur son double niveau, avec une partie ville haute, et une autre ville basse. Au hasard de ses ruelles tortueuses, on découvrira certains bâtiments datant de l’époque médiévale comme la tour du Roi, offrant un très beau point de vue sur la ville, le cloître des cordeliers ou le palais des archevêques.

Encore une fois, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’office de tourisme pour admirer Saint-Emilion autrement, notamment ses souterrains. Ce sera alors l’occasion de découvrir une toute petite partie de ses 200 km de galeries mais aussi l’ermitage de Saint-Emilion, une grotte où s’installa le fondateur de la ville, ainsi que l’église monolithe, creusée dans la roche.

Faire le marché à Libourne

Libourne n’est pas un incontournable de la région même si elle se situe dans une région viticole très connue et comprenant de célèbres appellations comme l’AOC pomerol, le vin le plus cher du bordelais, avec une bouteille atteignant au minimum 1 000€. La ville de Libourne garde quelques vestiges de l’époque médiévale, période où elle connut une forte prospérité grâce au commerce du vin. Bref, si ce n’est pour faire un tour sur le marché, qui a lieu sur la place royale tous les mardis, vendredis et dimanches, il n’y a guère grand-chose à y faire. 

Découvrir l’estuaire de la Gironde

L’estuaire de la Gironde, avec ses 75 km de long, ses 12 km de large au niveau de son embouchure et ses 635 km2 de superficie, est le plus vaste d’Europe. C’est ce qui permis d’ailleurs à Bordeaux, et à la région, de prospérer grâce au commerce maritime. Ses paysages sont variés, entre marais et prairies humides, laissant place aux vignobles du Médoc. Sauvage et protégé, l’estuaire abrite une faune exceptionnelle, que ce soit dans les airs – héron cendré, aigrette ou cigogne blanche – ou dans l’eau – anguille, lamproie et esturgeon.

Ses traditions, notamment pour tout ce qui a trait à la pêche, sont encore bien imprégnées dans le territoire. Preuve en est, les cabanes de pêche au carrelet qui y agrémentent les rives du fleuve. Il s’agit de petites cabanes en bois, construites sur un ponton, où un filet carré est tendu sur une armature, et descendu à l’aide d’un treuil. 

Remonter le temps à Blaye et à Bourg

Bourg, quasiment à la rencontre de la Dordogne et de la Garonne, est une jolie ville à taille humaine, avec une partie haute et une basse. La première offre une vue dégagée sur le fleuve, quand la seconde conserve quelques vestiges de son histoire, comme l’ancien lavoir, les maisons du XVIIIème siècle et le port de plaisance. 

A quelques kilomètres de là, Blaye est célèbre pour sa citadelle. Depuis des siècles, le site, point de passage obligé pour rejoindre Bordeaux, revêt une importance stratégique. Les fortifications construites à l’Antiquité ont laissé place à un château fort puis à un complexe militaire pensé par Vauban. Sur l’autre rive s’installa le fort Médoc et, un troisième complexe défensif, sur l’île située entre les deux rives, compléta l’ensemble afin de donner naissance au « verrou de Vauban ».

Aujourd’hui, la citadelle est toujours là, ne guettant plus les ennemies mais les ferrys reliant les deux rives. Quant aux casernes militaires, elles ont laissé place aux petites boutiques d’artisanat d’art. 

Emprunter la route des vins de Bordeaux

Deux tiers du territoire bordelais est recouvert de vignes, et 5 sous-régions viticoles s’y côtoient :

  • Le Médoc, au versant sud de l’estuaire de la Gironde ;
  • Le Blayais et Bourgeais, sur le versant nord de l’estuaire ;
  • Le libournais autour de Libourne et de Saint-Emilion ;
  • L’entre-deux mer au sud du libournais ;
  • Le Grave et Sauternes au sud de Bordeaux.

Les amateurs de vin néophytes, mais aussi les œnologues plus aguerris, trouveront donc de quoi faire pour combler leurs attentes. Il existe ainsi de nombreux itinéraires pour découvrir la route des vins de Bordeaux, que ce soit en toute autonomie ou à l’aide d’une agence. D’ailleurs il n’existe pas une route des vins de Bordeaux mais une route des vins pour chaque sous-région vinicole. Certains séjours conjuguent cours d’œnologie, visite de cave, diner et nuit dans un château. Mieux vaut toutefois réserver avant votre arrivée dans la région, et avoir une idée des vins, des domaines et de l’appellation que vous souhaitez découvrir, ainsi que de votre souhait de visiter plutôt des grands crus classés ou des petites propriétés familiales. 

Visiter Bordeaux

Bordeaux attire de plus en plus de visiteurs mais aussi de plus en plus de Parisiens souhaitant quitter la capitale pour habiter en Province. Il faut dire qu’avec la mise en circulation du TGV, les deux villes ne sont plus distantes que de 2h. De plus, une vaste campagne de réhabilitation a été entreprise à Bordeaux, donnant naissance à un nouveau quartier : le quai des marques, abritant de nombreux magasins et restaurants. Le tram y est également en place depuis quelques années, permettant aux visiteurs et aux habitants de se déplacer plus facilement. Preuve supplémentaire de ce renouveau : l’éco-quartier Darwin, sur la rive droite, décrit comme un espace « alternatif, dédié au développement économique responsable, à l’activisme citoyen, à la transition écologique et à l’entrepreneuriat social », tout ça dans une ancienne caserne militaire réhabilitée. Enfin, en 2016, la Cité du Vin et ses 13 000 m2 dédiés à la découverte de ce breuvage, à travers le temps et le monde, et conjuguant approche immersive et sensorielle, a ouvert.

Mais que les amateurs d’histoire et de vieilles pierres se rassurent, Bordeaux a su conserver des traces de son passé riche de plus de 2 millénaires. De l’autre côté de la Garonne, sur la rive gauche, se trouve le centre historique avec le quartier Saint-Pierre, la cathédrale et le Grand Théâtre. 

Enfin, pour une petite halte fraicheur, ne manquez pas de vous promener dans le jardin public, le poumon vert de la ville, ou de patauger sur le miroir d’eau, faisant face à la place de la bourse.  

S’aventurer sur la côte Atlantique

La Gironde offre également une exposition sur toute la côte Atlantique, qui va de la dune du Pilat à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde au nord. 

Avec ses 2 700 mètres de long et ses 500 mètres de large, la dune du Pilat est un site incontournable en France. Elle marque l’entrée du bassin d’Arcachon où les amateurs d’huitres trouveront leur bonheur avec la présence de nombreux ports ostréicoles. A la pointe nord du bassin, la presqu’ile du cap Ferret, marque la jonction entre le bassin et l’océan. De beaux villages aux noms pittoresques – L’Herbe, Le Canon ou encore Le Piraillan – abritent des chemins fleuris et des ruelles complétées de cabanes colorées.

En remontant la côte, c’est la célèbre station balnéaire de Lacanau que l’on découvre, qui voit son nombre d’habitants grimper de façon exponentielle quand les beaux jours reviennent. Se succèdent ensuite étangs, lacs, réserves naturelles, forêts de pinède et bien entendu plages où les sportifs profitent du vent pour pratiquer du catamaran, de la planche à voile ou du surf. Enfin, Soulac-sur-Mer marque l’extrémité sud de l’estuaire, protégée par le phare de Cordouan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.