Passer un week-end à Lille
Hauts-de-France

Long week-end de 4 jours à Lille : que faire ? que voir ?

Pour notre dernier séjour de 2021, on cherchait (comme assez souvent ces derniers temps) une destination assez proche de Paris. A force de n’entendre que des louanges sur la capitale des Flandres, notre dévolu s’est rapidement jeté sur Lille. Nous avons décidé d’y passer un long week-end de 4 jours, avec des excursions à droite et à gauche pour découvrir tout ce qu’il y a à faire à proximité. Nous en avons donc profité pour découvrir toute la richesse historique du Nord de la France et pour traverser la frontière qui nous sépare de nos voisins belges afin d’admirer les somptueuses villes de Bruges et de Gand.

Découvrir le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Nous avons profité de notre trajet d’un peu plus de deux heures depuis Paris pour faire une première halte au centre historique minier de Lewarde et découvrir l’histoire ainsi que l’héritage de l’exploitation des mines de charbon. 

L’histoire minière a en effet rythmé le quotidien des habitants de la région pendant plusieurs siècles, entre 1734, date de la découverte d’une importante veine de charbon au nord de Valenciennes, dans la commune d’Anzin, et 1990, marquant l’arrêt total de l’exploitation. Bien qu’il reste encore 7 milliards de tonnes de charbon dans les sous-sols, la concurrence d’autres pays à moindre coûts ainsi que l’arrêt des centrales à charbon en France, en raison des émissions trop importantes de CO2, a mis un stop à cette activité. 

Marquant le territoire pendant des générations, mais aussi, et avant tout, les hommes qui y descendaient inlassablement, jour après jour, représentant la condition ouvrière de toute une époque, j’avais vraiment envie de découvrir tout cet univers.

A savoir :
Depuis 2012, le bassin minier du Nord-Pas de Calais, qui s’étend sur 120 km, figure dans le classement du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Visiter une mine

Facilement repérable à ses chevalements, grande structure métallique qui permettait l’extraction du charbon, le centre historique minier de Lewarde est un musée situé à 8 km de Douai, au cœur du bassin minier. Sur 8 hectares, il regroupe 8000m2 de bâtiments industriels mais aussi, en sous-sol, des kilomètres de galeries de l’ancienne fosse Delloye. 

La visite guidée dans la mine commence en dessous de la passerelle qu’empruntaient chaque matin les mineurs. Après avoir récupéré son casque, on accède à la mine, où les tunnels forment, sur 450 mètres, une boucle chronologique retraçant les évolutions des techniques et des normes de sécurité. 

Il me tenait à cœur d’en apprendre plus sur cette histoire, mais aussi de partager cette expérience avec mes enfants (partage qui s’est soldé par un fiasco car mon fils a pris peur dans la mine et est retourné à la surface illico avec son père). Qu’à cela ne tienne, nous avons tout de même passé quelques heures à arpenter l’endroit, à se balader dans le musée pour comprendre la formation du charbon mais aussi pour connaitre la vie des mineurs, leurs conditions de travail, ainsi que l’économie du charbon au fil des siècles. Nous avons découvert les machines ainsi que différentes salles comme celles des pendus (les ouvriers y pendaient leurs vêtements propres qu’ils revêtaient à la sortie de la douche), ou des lampistes, où chaque ouvrier récupérait sa lampe avant de descendre à la mine. 

Il est également possible de participer à des rencontres avec d’anciennes gueules noires, nous parlant de leur métier si dangereux et éprouvant.

L'info en plus :
Il existe d’autres mines à découvrir dans la région, comme le site minier de Wallers Arenberg, qui a accueilli le tournage de Germinal. 

Arpenter un terril 

Comme dirait Pierre Bachelet, dans le Nord, on a des terrils à défaut de montagnes, et d’en haut, on y voit la campagne. En tout, 340 terrils, ces montagnes noires artificielles, nées de l’accumulation de résidus miniers enlevés lors de l’extraction, marquent le paysage du bassin. 

Certains ont été aménagés pour la pratique d’activités sportives, comme c’est le cas pour les terrils jumeaux 74 et 74 A (ils sont tous numérotés) de Loos en Gohelle, que nous avons choisis de voir lors de notre retour à Paris. Paradis des amateurs de trial et de VTT, ce sont les plus hauts d’Europe avec 186 mètres de haut. 

La montée est assez simple, sauf les quelques dizaines de derniers mètres permettant d’atteindre le sommet, en raison d’un sol glissant et assez pentu. Et Pierre Bachelet ne s’y trompait pas : la vue du sommet, permettant de découvrir Lens mais aussi une partie du bassin minier et les nombreux terrils aux alentours, y est assez impressionnante.

Alternative :
Pas très loin du site minier de Lewarde se trouve le terril des Argales à Rieulay. Il forme une boucle à découvrir à vélo ou à pied, avec un étang au centre, devenu le refuge d’une faune et d’une flore locale. Avec ses 140 hectares au sol, il est le plus grand terril du bassin minier.

Découvrir les cités minières

Autre particularité du Nord-Pas-de-Calais, les cités minières, appelées en fonction de l’époque corons, puis cités-pavillonnaires, cités jardins et enfin cités-modernes. Ce sont des habitations ouvrières typiques, construites par les compagnies minières afin d’attirer des travailleurs, aussi bien locaux qu’étrangers, et ce pour répondre aux besoins croissants en charbon nécessitant une forte main d’œuvre, qu’il convenait d’héberger. 

Ces habitations ont su évoluer au fil du temps, pour gagner en salubrité et devenir plus confortable. Il faut dire que la gestion des mines était influencée par le système « paternaliste », prônant l’individualisme et la vie au foyer, permettant également d’éviter les rassemblements revendicatifs. 

Ainsi, les corons, ces longs alignements de maisons accolées, en briques, sont devenus plus aérés, puis circulaires, et enfin pourvus d’espaces communautaires (école, église, salle des fêtes…)

Visiter Lille

Le parc de la Citadelle

Après notre visite de mine, nous sommes arrivés à Lille un peu en avance sur l’heure prévue pour prendre possession de notre logement et nous avons décidé de nous balader dans le parc de la Citadelle, le plus grand de la ville. Il offre de nombreuses balades, le long du canal de la Deule, ou au pied des remparts de la citadelle Vauban. Les enfants peuvent aussi y trouver leur compte avec un parc d’attractions ainsi qu’un zoo et un parcours d’accrobranche. Malheureusement, lors de notre venue, tout était fermé et nous nous sommes contentés d’un parc avec toboggans et balançoires. 

Le centre-ville de Lille

Nous avons véritablement découvert le centre-ville de Lille le surlendemain, et accessoirement le premier janvier de la nouvelle année. Autant dire qu’arrivé sur place aux premières lueurs du jour, tout était fermé. Mais quelle joie d’avoir Lille rien que pour ça, et pour les quelques noctambules qui rentraient chez eux après une soirée – et une nuit – sans doute très arrosée. 

La Grand-Place

La Grand-Place, qui porte aujourd’hui le nom de « Place Charles de Gaulle », originaire de la ville, est sans doute un des endroits les plus connus de Lille. Bordée de bâtiments historiques, c’est aujourd’hui le lieu de rendez-vous de tous les Lillois, comme ce fut déjà le cas autrefois pour tous les habitants de la région qui s’y rejoignaient pour commercer. Née au Moyen-Âge, elle se trouvait alors au carrefour des grandes foires, entre le Sud et le Nord. De ce passé demeure la Vieille Bourse, composée de 24 maisons identiques qui forment une cour carrée, accueillant des bouquinistes. Au centre de la Grand-Place, une colonne domine, avec à son sommet une déesse commémorant le siège de Lille par les Autrichiens en 1792. 

A ne pas manquer non plus le théâtre du Nord, installé dans la Grande Garde, un ancien corps de garde du XVIIIème siècle. A ses côtés, un imposant bâtiment de 8 étages, avec une architecture typiquement flamande en raison de son toit à pas-de-moineau, attire tous les regards : c’est le siège le Voix du Nord.

De part et d’autre de la Grand-Place, d’autres places permettent de découvrir l’opérale palais du Rihour, construit au XVème siècle, aujourd’hui siège de l’office de tourisme ainsi que la chambre de commerce et d’industrie, avec son magnifique beffroi. D’ailleurs, j’ai longtemps pensé que ce bâtiment était l’hôtel de ville de Lille qui se situe en réalité à une dizaine de minutes de là. Et le beffroi ici ne fait « que » 75 mètres quand celui de l’hôtel de ville en fait 104. D’ailleurs, il est possible de monter dans ce dernier, qui offre alors à ses visiteurs une vue à 360 degrés sur la ville et sur la Porte de Paris à ses pieds. 

Le Vieux-Lille

En s’éloignant de la Grand-Place, on pénètre rapidement dans le Vieux-Lille. Rues pavées, maisons en briques rouges, façades colorées, architecture flamboyante, et même quelques traces des anciens canaux qui sillonnaient Lille autrefois…pas de doute, on remonte ici le temps. Noyaux historique et touristique de la ville, le Vieux-Lille est le témoignage de l’évolution de l’architecture du nord de la France du XIVème au XXème siècle. Rien de tel que de se balader au hasard des rues pour découvrir certains de ses trésors, et apercevoir la rue de la Grande Chaussée, la place du Lion d’Or, la place Louise de Bettignies ou encore la place aux oignons. 

La cathédrale Notre-Dame de la treille, avec sa façade originale, vaut également le détour. 

La maison Méert

La maison Méert, pâtisserie située au 27 rue Esquermoise, est une véritable institution à Lille. Ouverte en 1761, sa renommée a vite dépassé les frontières pour séduire d’illustres visiteurs étrangers comme Winston Churchill, Jackie Kennedy ou encore le roi des Belges, Léopold Ier, qui en fit son fournisseur officiel. Nos compatriotes ne sont pas en reste, puisque la boutique était aussi fréquentée par Napoléon et Charles de Gaulle. Il y a donc fort à parier que celle qui est aujourd’hui une des plus vieilles pâtisseries au monde risque encore de vendre pendant longtemps son produit phare, sa gaufre fourrée à la vanille de Madagascar.

Visiter les différents musées de Lille

En quête de visites culturelles, rendez-vous dans un des nombreux musées qui composent la ville : 

Les événements qui rythment Lille

La grande braderie de Lille

La grande braderie est le rendez-vous des chineurs à ne pas manquer. Fan de brocantes et de vide-greniers, j’y étais allée avec ma sœur il y a plusieurs années pour faire une razzia de vêtements et une main-basse sur les moules, l’emblème de l’évènement. D’ailleurs, plus de 500 tonnes de moules sont consommées par les visiteurs pendant les deux jours.  

Ce grand marché aux puces se tient généralement début septembre. Attention à bien réserver un logement plusieurs mois à l’avance. On s’était retrouvé dans un hôtel assez pourri de la banlieue, avec des murs tellement fins qu’on pouvait savoir tout ce qui se passait dans les chambres voisines. 

Le marché de Noel

Cette année, on a découvert Lille pendant les fêtes de fin d’année. On a pu alors admirer la grande roue sur la Grand Place, et les chalets sur la place Rihour. Ce n’est peut-être pas le plus grand marché de Noël du pays mais c’est toujours chouette, quand on aime cette période de l’année, de se mettre dans l’ambiance en arpentant les stands décorés. 

Lille 3000

Il y a quelques années, j’avais passé des entretiens pour des écoles de commerce à Lille et on ne parlait que de Lille 3000. Il s’agit d’une association qui s’inscrit dans la continuité du choix de la ville comme capitale européenne de la cultureen 2004. Pour ne pas perdre tout le dynamisme et l’effervescence qui ont accompagné ce projet, Lille 3000 a été créé. Aujourd’hui, l’association œuvre pour la mise en place d’un programme culturel riche sur fond de fêtes, concerts, conférences, spectacles et expositions.

Où manger à Lille ?

Impossible d’aller à Lille sans manger dans un Estaminet, ces tavernes, auberges et autres brasseries typiques du Nord de la France. Un des plus connus est Au vieux de la Vieille, situé place des Oignons, mais il y en a d’autres, notamment rue de Gand, qui regorge de petits établissements. Mais alors, qu’est-ce qu’on y mange ? Et bien les bonnes spécialités locales comme le maroilles, qui se déguste nature ou sous forme de flamiche, la carbonnade flamande, une viande de bœuf en sauce, ressemblant à un bœuf bourguignon, le potjevleesch (viande en terrine), le welsh (morceaux de cheddar fondu sur une tranche de pain trempée dans la bière, le tout accompagné de jambon et d’œuf) ou de la fricadelle (morceaux de carcasses sous forme de saucisse)…bref, que des bonnes choses bien légères.

Et si vous sortez l’estomac léger, n’hésitez pas à finir par les pâtisseries de l’Ogre de Carrouselberg ou les bonnes gaufres de chez Méert. 

Les adresses

Au Vieux de la Vieille : 2-4 Rue des Vieux Murs, 59000 Lille

Maison Méert : 27 rue Esquermoise, 59000 Lille

L’Ogre de Carrouselberg : 17 rue des Vieux Murs, 59000 Lille

Que faire en dehors de Lille ? 

La piscine de Roubaix

Le seul créneau qu’on avait pour visiter la piscine de Roubaix était le jour de l’an, un jour de fermeture, ou le dimanche matin…sachant qu’elle n’ouvre ce jour-là que l’après-midi. C’est sans doute là un mal pour un bien car j’aurai eu du mal à faire la visite tranquillement avec deux enfants, et puisque nous avons finalement décidé d’aller à Gand à la place. Installé dans une ancienne piscine de style Art Déco, le musée présente des collections d’arts constituées à partir du XIXème siècle. 

Si vous êtes dans le coin, ne manquez pas la villa Cavroix, un chef-d’œuvre d’architecture moderniste.

Excursion à Bruges pour la journée

Bruges est une escapade parfaite à faire depuis Lille, à seulement 45 minutes en voiture. Dès les premiers pas dans la ville, on se retrouve plongé dans une autre atmosphère, celle d’un pays différent du nôtre, bien que voisin. Ici, on ne parle pas forcément français (ou du moins on ne veut pas le faire) puisqu’on est situé dans la partie flamande de la Belgique. L’architecture y est également différente – bien que l’on trouve des similitudes avec une ville comme Lille – avec des maisons aux façades colorées, aux briques apparentes et aux toits si particuliers. 

Bruges est une ville où il fait bon se balader, au hasard des ruelles et des rues pavées, mais surtout le long des canaux qui la traversent. Ce n’est pas pour rien que Bruges est surnommée la Venise du Nord ! Autre incontournable : la Grand-Place – le Markt – un des endroits les plus animés de la ville, et son beffroi médiéval culminant à 83 mètres de haut.

Une deuxième excursion en Belgique, à Gand

Nous avons également profité de ce séjour lillois pour découvrir Gand, toujours en Belgique et encore une fois dans la partie flamande. On compare souvent Gand et Bruges car ce sont deux villes finalement assez similaires, puisqu’à l’architecture typiquement flamande et possédant toutes deux des canaux. Toutefois, des différences sont à noter comme de nombreuses œuvres street-art présentes à Gand. Bruges semble quant à elle plus petite et pittoresque mais aussi davantage touristique alors que Gand, ville universitaire, parait plus grande et plus dynamique, avec la présence de nombreux étudiants.

Un week-end de 4 jours à Lille : la bonne durée?

Nous avons trouvé que 4 jours étaient nécessaires sur place, en comptant les différentes excursions. Si l’on se contente de visiter uniquement Lille, deux jours sont suffisants. Bien-sûr, si votre séjour se déroule durant les différents événements, comme la grande braderie, et que vous voulez en profiter, il faudra prévoir au moins 3 ou 4 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.