Bruges canaux
Belgique

Passer une journée à Bruges

Bruges se trouve à environ 45 minutes de Lille et c’est donc une excursion que nous avons fait lors de notre séjour dans la capitale des Flandres. Arrivés sur place vers 9h30, nous avons commencé notre balade au hasard des rues et des ruelles, sans vraiment chercher à rejoindre les canaux ni à découvrir les endroits les plus connus comme la Grand-Place. Nous avons alors découvert une ville qui se réveille tranquillement, des commerces qui ouvrent les uns après les autres et des restaurateurs qui commencent à sortir leurs tables. Puis, au détour d’une ruelle, nous sommes arrivés sur les fameux canaux. Et là, la magie a tout de suite opéré. Car pour ceux qui ne le savent pas, Bruges est surnommée la Venise du nord, en raison justement de ces canaux. Incontestablement moins nombreux et moins spectaculaires qu’à Venise, ils donnent toutefois à la ville un aspect on ne peut plus pittoresque. Conjugués au style des maisons typiques du Nord, étroites, sur plusieurs étages, avec des façades colorées et des murs en briques qui se reflètent dans l’eau, le charme était entier.

Que voir à Bruges ?

Passée cette petite balade, nous avons décidé de nous rendre sur la Grand-Place, le centre névralgique de Bruges, avec son palais provincial, et l’ensemble des maisons typiques aux toits en escalier qui la bordent 

La Grand-Place

Question tranquillité, on repassera : le Markt (c’est le nom de la place) est sans doute l’un des endroits les plus animés de la ville, avec en prime, lors de notre venue (fin décembre), un marché de Noël installé en son centre, avec petits chalets et patinoires. C’est aussi ici que se tient le marché hebdomadaire, tous les mercredis matin, et ce depuis le Xème siècle. Des siècles plus tard, un grand entrepôt couvert fut relié à la Grand-Place par des canaux, le « Waterhall ». Bien qu’il ait disparu depuis le XVIIIème siècle, les souterrains sont toujours présents de nos jours. 

Impossible ici de ne pas lever ses yeux sur le beffroi médiéval. Avec ses 83 mètres de haut, cette tour datant du XIIIème siècle domine la ville. Il est possible de monter tout en haut, au prix d’une ascension de 366 marches (avec des petits espaces aménagés pour les pauses). Pour en savoir plus sur le monument et son carillon, doté de 47 cloches, octroyez-vous une pause au deuxième arrêt avant le sommet. Et si vous faites preuve d’un peu de patience, ou que vous arrivez au bon moment, vous pourrez même le voir à l’œuvre (il sonne toutes les 15 minutes).

Les différents quartiers

En s’éloignant du Markt, on découvre d’autres endroits qui valent le détour comme : 

  • Le quai du Rosaire (Roeznhoedkaai), reliant le beffroi aux canaux, et accessoirement l’endroit le plus photographié, et photogénique, de Bruges ;
  • L’ancien quartier de la Hanse, ou quartier hanséatique, au nord du centre-ville, qui suit un des principaux canaux. C’est ici, aux XIV et XVème siècles, que se regroupaient les commerçants étrangers ;
  • A l’opposé, au sud du centre-ville, se trouve le pont Saint Boniface, un charmant pont piéton pittoresque, à quelques pas de l’église Notre-Dame (church of our lady) ainsi que l’ancien hôpital Saint Jean, et la cathédrale Saint-Sauveur de Bruges ;
  • En redescendant encore le canal, on arrive au Béguinage, un complexe à l’aspect plutôt paisible accueillant autrefois des nones et des béguines, ainsi que le Minnewaterpark, un des plus grands parcs de la ville. 

Comment visiter Bruges ? 

Bruges est une ville qui peut intégralement se visiter à pied, si bien entendu on aime marcher, ou en vélo, qui est ici roi comme dans beaucoup de pays du Nord de l’Europe. Pour découvrir la ville autrement, ou pour faire une petite pause pour se détendre les jambes et reposer ses pieds, rient ne vaut une excursion en bateau ou en tour de calèche. 

Si vous êtes tenté par une balade sur l’eau, il faut savoir que, selon l’office de tourisme, toutes les compagnies suivent le même itinéraire, pendant la même durée et pour le même prix, à savoir 12€ par adulte, 7€ par enfant jusqu’à 11 ans et gratuit jusqu’à 3 ans. Les excursions en bateau sont proposées automatiquement entre début mars et mi-novembre, et au bon vouloir de chaque compagnie en dehors de ses périodes (pour info, nous y sommes allés fin décembre et il était encore possible de faire une excursion en bateau). 

Si vous préférez nos amis équidés, rendez-vous sur la Grand-Place pour prendre place à bord d’une calèche et se balader dans le centre de Bruges. Il faut alors compter 55 euros les 35 minutes avec une pause de 5 minutes au milieu pour nourrir le cheval.

Où manger à Bruges ?

Forcément, si vous cherchez du local et de l’authentique, mieux vaut s’éloigner de la Grand-Place, bordée de restaurants touristiques. Toutefois, si l’on ne veut pas s’embêter, ces restaurants demeurent une solution envisageable. Les prix ne sont pas donnés : compter environ 20 euros le plat basique, 12 euros le menu enfant (menu composé d’un unique plat), avec pains et eau en supplément. Les restaurants présentent cependant l’avantage de donner directement sur la place et le va-et-vient incessant des calèches est une bonne distraction pour les enfants qui ont encore parfois du mal à tenir à table. 

Pour les petits encas, comme à Lille et à Gand, on retrouve ici l’enseigne Aux Merveilleux de Fred. Je l’ai vu noter dans de nombreux guides et blogs comme étant un des trucs à faire à Bruges. C’est une adresse que j’ai testée, mais à Paris, et c’est vrai que leurs meringues sont excellentes. Il faut dire que les merveilleux sont des petits gâteaux meringués, spécialités traditionnelles des Flandres. L’enseigne propose également des cramiques, pain brioché fourré de raisins secs, également originaires du nord de la France et de Belgique, ainsi que des gaufres fourrées. Autre particularité : Aux Merveilleux de Fred est une pâtisserie artisanale, dans un cadre raffiné, avec lustres baroques, miroirs et dorures au plafond, rappelant sans conteste l’époque de la vie mondaine sous le Directoire. En prime : les pâtissiers travaillent directement sous les yeux des clients. 

Et que serait un voyage en Belgique sans une dégustation de chocolats…La ville regorge de chocolatiers, mais le meilleur de tous, selon les dires, serait The Chocolate Line.

Comment se rendre à Bruges ?

Depuis Lille, nous nous sommes rendus à Bruges en voiture. Bonne nouvelle : les autoroutes sont gratuites en Belgique, c’est au moins ça d’économisé. Le centre-ville dispose de nombreux parkings souterrains dont le prix est moins élevé que celui en France. 

Vous pouvez aussi vous y rendre en bus, par exemple avec Flixbus. Comptez alors 5-6 euros et 1h10 de trajet. Un peu plus long (1h35 avec correspondance) et plus cher (prix minimum 12 euros en fonction des périodes), le train (offre trouvée sur thetrainline) est une alternative aux phobiques de la route. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.