Randonnée à Mafate
Outre-mer

Randonner à Mafate avec des enfants

Pour notre quatrième séjour à la Réunion, nous avons (enfin) décidé de passer une nuit dans le cirque de Mafate. C’est un incontournable quand on visite l’île, et pourtant, nous ne l’avions jamais fait avant. Nous avions bien vu le cirque plusieurs fois, notamment depuis le Maido, depuis la randonnée Roche Verre Bouteille et nous y avions aussi randonné, en partant de la rivière des galets à l’ouest, mais nous n’y avions jamais dormi. Prenant notre courage à deux mains, nous avons enfin décidé de faire cette fameuse expérience, avec nos deux enfants, Eliott, 5 et demi et Jade, 2 ans.

Quelle randonnée faire à Mafate avec des enfants ?

Mafate est le seul cirque de la Réunion où l’on ne peut pas accéder en voiture. Il faut donc marcher pour s’y rendre, ou le faire par les airs. D’ailleurs, sur le chemin, on entend sans cesse le va-et-vient des hélicoptères qui survolent le cirque, pour ravitailler les habitants. 

Pour notre randonnée dans Mafate, nous sommes partis du Col des Bœufs, depuis le cirque de Salazie. Il s’agit je pense du point d’entrée le plus simple. On peut aussi y accéder par le bas, depuis la rivière des galets, mais le chemin me paraissait assez long, même en se faisant avancer en 4×4. Autre solution : descendre depuis le Maido, dans l’ouest de l’île, mais là aussi le chemin est plus long, ou enfin depuis le col du Taibit.

Notre randonnée en détail

Comme pour toutes les randonnées dans les cirques à la Réunion, il est essentiel de se lever tôt pour ne pas se retrouver dans le brouillard toute la journée. Nous étions donc sur le parking du Col des Bœufs à 8h du matin, et, malgré cela, le beau temps n’était pas au rendez-vous. Il faut dire que notre séjour réunionnais était en plein hiver austral – pendant l’arrivée d’un « front froid », expression que l’on n’avait de cesse d’entendre à la radio. Et je peux vous dire qu’il a fait assez froid pendant cette randonnée, surtout quand nous étions sous les nuages. 

Du Col des Bœufs à la pleine des Tamarins

Depuis le parking (surveillé mais payant), le chemin grimpe pour rejoindre le Col des Bœufs, avec, sur la gauche, une magnifique vue sur le cirque de Salazie. La plateforme d’hélicoptères marque véritablement le début de la randonnée, qui plonge ensuite dans le cirque de Mafate. D’ailleurs, arrivé ici, c’est quitte ou double : soit la vue est bouchée, et ne se dégagera qu’en fin de journée, soit les nuages ne sont pas encore tombés. D’ici, nous avons rejoint La Nouvelle en environ 3h et demie, en comptant les pauses. Il faut dire que notre allure était assez modérée, sachant que Vincent portait Jade dans son dos, qu’Eliott marchait à un rythme plutôt bon et que je prenais des photos. Le dénivelé est assez important et la descente se fait sous forme d’escalier, donc les genoux en prennent un coup, mais l’avantage est que l’on est loin des chemins boueux et chaotiques. Il faut dire que le passage est important et que le sentier est, de ce fait, très bien entretenu

De la plaine des Tamarins à La Nouvelle

Après une première partie à marcher dans le froid et à l’ombre, nous arrivons à la plaine des Tamarins, une véritable accalmie où nous apercevons enfin le soleil. Un peu plus loin, la route bifurque, avec d’un côté La Nouvelle et de l’autre Marla. Nous continuons notre chemin vers La Nouvelle, en croisant un troupeau de vaches venu brouter l’herbe de ce côté de Mafate. Enfin, le chemin se sépare de nouveau en deux, toujours pour La Nouvelle, mais avec un côté plus rapide qu’un autre (à peu près un quart d’heure d’écart). Nous avons choisi le chemin le plus court à l’aller et le plus long au retour. 

Enfin, nous apercevons en contrebas le village de La Nouvelle, qui se rapproche à vue d’œil.

Balade dans la Nouvelle

Nous arrivons un peu avant midi dans le village et nous nous arrêtons pour pique-niquer à l’entrée. N’ayant notre logement qu’à partir de 15h, nous entreprenons ensuite un tour du village (le chemin est balisé) puis nous nous arrêtons dans un café/bar de l’île car le temps commence à se gâter. D’ailleurs, à partir de ce moment, il a plu jusqu’au soir. Nous arrivons à notre logement à 15h.

Le retour

Le retour a bizarrement été aussi rapide que l’allée (malgré la montée). Nous sommes partis aux environs de 8h du matin (le petit déjeuner était servi vers 7h30 mais nous nous sommes fait réveiller par un hélicoptère venu déposer un colis dans le jardin…). Le soleil était cette fois-ci au rendez-vous et quel bonheur de faire la randonnée dans ces conditions…Nous sommes arrivés au parking vers 11h, nous nous sommes arrêtés récupérer nos bagages dans le gite où nous avions dormi la nuit d’avant, et où nous avions laissé nos affaires. Nous en avons profité pour commander de quoi manger au snackavant de reprendre la route vers de nouvelles aventures…

Quelles sont les autres randonnées possibles ? 

Toujours avec des enfants, il est possible de prévoir de dormir plusieurs jours à Mafate, en faisant un circuit, par exemple Col des Boeufs – Marla – Les trois roches – Plaine des Sables – La nouvelle, dans un sens comme dans l’autre. J’ai lu pas mal de témoignages, sur les forums, de familles qui avaient fait ce circuit, avec une nuit à Marla et une autre à La Nouvelle. 

Où dormir dans Mafate ?

Nous avons dormi au gite Les Acacias à La Nouvelle. Il faut dire que les commentaires étaient plutôt sympas. En plus, c’est le premier hébergement que nous avons appelé et nous n’avons pas cherché ailleurs car tout nous convenait. Nous avons loué une chambre disposant d’un lit double, un matelas posé sur le sol pour Eliott et un lit parapluie. La chambre est spartiate mais suffisante pour une nuit. On aurait préféré un vrai lit pour Eliott parce qu’il a fait assez froid la nuit (il n’y a pas de chauffage), mais il n’a pas eu l’air de se plaindre. Les toilettes et la salle de bain sont communes mais très propres. Le repas du soir est excellent et on ne peut plus copieux. Le petit déjeuner est plus simple. 

A noter que la nuit d’avant, nous avions dormi à Grand-Ilet, pour être au plus proche du Col des Bœufs. 

Quelles affaires prendre ?

C’était là un choix difficile, parce qu’on n’avait pas envie de se charger inutilement. Vincent avait déjà Jade sur son dos, mais on a pu rajouter pas mal de choses dans le sac à dos de portage, et moi j’avais un sac à dos de randonnée, auquel j’avais ajouté un sac plastique pour la nourriture. 

On a surtout pris des affaires chaudes car en hiver austral (nous y sommes allés en août) il peut faire très froid dans les cirques. D’ailleurs, le soir, au gite, la majorité des randonneurs était en doudoune avec bonnet sur la tête. 

Donc pour chacun nous avions pris : 

  • Pantalon + polaire pour s’habiller chaudement une fois arrivés au gite et pour la nuit ;
  • Kway ;
  • Tee shirt et sous-vêtements de rechange ;
  • Pour Jade, gigoteuse chaude et affaires de change (couches, cotons…) ;
  • Savon, brosse à dent, dentifrice.

D’ailleurs, toutes les affaires que nous avions prises pour Jade ont fini sur son dos une heure après le début de la randonnée. Il faisait tellement froid (d’autant plus qu’elle était dans le sac à dos de portage) que nous lui avions mis plusieurs couches de vêtements.

En termes de nourriture, nous avons prévu trop large car on a surestimé le temps de parcours. On est arrivé à La Nouvelle vers midi et on aurait pu y acheter de quoi manger (il y a des épiceries) mais on avait peur d’en manquer et on avait donc prévu les sandwichs/chips et de quoi grignoter (gâteaux, barres de céréales, compotes…).

Je vous conseille aussi de prendre de quoi vous occuper (et occuper vos enfants) au gite. On est resté dans la chambre de 15h à 19h (heure du repas) et j’aurais rêvé ne serait-ce qu’avoir une feuille et trois crayons…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.