Trou de fer
Outre-mer

Randonner au trou de fer

Le trou de fer, on en rêvait ! C’était devenu notre objectif depuis que lors de notre dernier voyage à la Réunion, nous étions arrivés devant la plateforme d’observation, après deux heures de marche, pour nous retrouver devant un mur de brouillard. Une vue complétement bouchée, et des nuages qui ne semblaient pas vouloir partir, voilà le résultat de tant d’efforts…Alors quand nous sommes retournés à la Réunion, nous avons pris les devants, avec un lever à 5h30 du matin, et, au bout du chemin, une vue grandiose sur cette curiosité incontournable de la Réunion.

Le trou de fer, qu’est-ce que c’est ?

Le trou de fer, c’est le nom donné à une dépression géologique du Piton des Neiges. Ses dimensions ont de quoi impressionner avec un gouffre d’une profondeur de près de 300 mètres et une chute d’eau de 725 mètres de dénivelé, faisant d’elle la plus haute de France, et l’une des plus élevés au monde. Mais ce qui en fait un site d’exception à la Réunion, et un des endroits les plus impressionnants, c’est aussi son emplacement et son inaccessibilité. Impossible en effet de descendre plus bas que le belvédère, sauf en hélicoptère, ou en canyoning pour les sportifs les plus chevronnés, et aventuriers. Et encore : peu d’expéditions y sont venues à bout. D’ailleurs, les légendes créoles racontent même que l’endroit est maudit. 

Randonner au trou de fer : quel chemin prendre ? 

Il existe plusieurs chemins pour accéder au trou de fer : depuis l’école normale ou depuis le gite de Bélouve. Le premier est plus long et nous avons donc choisi celui depuis le gite de Bélouve, bien que les deux chemins se rejoignent sur la fin du parcours. Et ce sentier offre également un « petit plus » de taille : la vue sur le cirque de Salazie depuis le gite de Bélouve. A noter également que si vous êtes un randonneur aguerri, rien ne vous empêche de rejoindre le gite de Bélouve à pied depuis Hell Bourg, mais il faudra ajouter environ deux heures au temps de trajet total. 

Le début de la randonnée est assez sportif (mais il peut tout à fait se faire avec des enfants). Ça grimpe un peu, puis ça redescend, les escaliers ne sont que la partie facile comparés aux roches parfois glissantes et au chemin gadoueux à certains endroits.

Une fois sur le sentier, il est possible de faire un petit détour pour la reine des tamarins, 300 ans à son compteur. Après un déracinement partiel, elle poursuit sa croissance allongée au sol. De retour sur le chemin principal, et une petite demi-heure avant d’arriver devant le trou de fer, un panneau indique deux accès : tout droit ou à gauche. Une pancarte supplémentaire indique que le chemin de gauche est déconseillé, mais c’est bien évident celui que nous Monsieur a décidé de nous faire prendre…De la boue jusqu’au genou, et encore, c’est quand on arrivait à extirper son pied de ce chaos fait de terre et d’eau, nous obligeant à nous agripper à tout ce que l’on pouvait, le tout avec un enfant sur le dos et un autre qu’il fallait porter à bout de bras, voilà le résultat d’un choix forcément masculin…Bref, on en rigole aujourd’hui mais embourbé dans ce piège infernal, c’était beaucoup moins drôle. D’autant plus que l’autre chemin – celui qu’on a pris au retour – était d’un plat et d’une tranquillité monotone, et beaucoup plus rapide….

Voici ici en détail les différents itinéraires possibles : 

Comment optimiser ses chances d’admirer le trou de fer ?

Mieux vaut commencer la randonnée très tôt afin de ne pas subir vous aussi notre mésaventure de la première fois, et d’arriver trop tard pour voir quoi que ce soit… Pour la première randonnée, nous étions partis du gite de Bélouve aux alentours de 10h, et nous sommes arrivés au point de vue à 12h. Pour la seconde, nous avons choisi de partir très tôt : à 7h30, nous étions sur le parking prêts à foncer. Il est possible toutefois d’avoir de la chance, et de partir plus tard sans que la vue ne soit bouchée pour autant. C’est un risque à prendre, mais il serait dommage de louper le spectacle. Et parfois, même tôt le matin, les dieux de la météo sont contre nous et on ne peut rien voir…

Question pratique, nous avions choisi pour la veille un logement sur Airbnb au nord du Tamponle chalet lemondederay. La route est encore longue pour arriver au départ du chemin mais il n’y a pas grand-chose de plus proche en termes d’hébergement. Vous pouvez aussi dormir au gite de Bélouve.

Belvédère interdit d’accès
1Malheureusement, le 12 août 2021, une partie de la paroi soutenant le belvédère s’est effondrée, rendant le site particulièrement dangereux, et donc interdit au public. Impossible à l’heure actuelle de savoir quand il sera de nouveau ouvert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.