Andalousie

Quelques idées de visites à Séville

Séville, et ses 700 000 habitants, est une des plus grandes villes d’Espagne. Elle forme, avec Cordoue et Grenade, un triangle riche au niveau culturel. Preuve en est : trois de ses sites sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco : l’Alcazar, la cathédrale et les archives des Indes. Ces quelques idées de visites à Séville vous occuperont déjà pas mal de temps. Et c’est sans compter tout ce qu’il y a d’autre à faire et à voir comme assister à un spectacle de flamenco, manger des tapas en dégustant un verre de Xéres ou encore se recueillir sur la tombe de Christophe Colomb. 

Découvrir Séville

Traversée par le Guadalquivir qui se jette dans l’océan Atlantique, Séville garde d’importantes traces de l’occupation des Maures. Centre économique, politique et culturel d’Andalousie, elle n’en a pas moins une forte composante agricole. La région est ainsi une terre fertile pour la culture des céréales, des légumes et des olives ainsi que l’élevage de taureaux.

Visiter le quartier Santa Cruz

Le quartier Santa Cruz, où s’enchevêtrent de nombreuses petites ruelles, est le plus vieux de Séville. Ancien quartier juif, les bâtiments à l’architecture colorée se mêlent aux nombreux bars et restaurants. C’est dans ce quartier que se trouvent les monuments incontournables de Séville comme l’Alcazar et la cathédrale.

L’Alcazar de Séville

L’histoire de l’Alcazar

L’Alcazar, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, est un ensemble de palais royaux entouré de murailles. Son style est un témoignage de différentes époques, du Moyen-Âge avec la présence des Maures, puis de la Renaissance avec l’influence des Rois catholiques. Ainsi, à l’origine utilisé comme fort par les Maures, il servit ensuite de résidence à la famille royale après la Reconquête. D’ailleurs, le premier étage est toujours utilisé à cette fonction.

L’Alcazar est à ce titre un exemple type du style mudéjar qui conjugue à merveille les techniques et matériaux musulmans aux bâtiments chrétiens.

La visite

Une fois entré dans le palacio alto, on plongera à travers les siècles pour découvrir de nombreuses salles comme le vestibule, l’oratoire, le belvédère, la chambre et la salle de réception utilisée par les rois d’Espagne, la salle de justice, le salon des ambassadeurs et sa magnifique coupole en bois gravé et doré, la cour des demoiselles, utilisée pour la vie publique et la cour des poupées réservée à un usage privé.

On pourra également y voir le salon où Christophe Colomb prépara son voyage qui l’emmena à découvrir l’Amérique ainsi que de splendides jardins en terrasse agrémentés de fontaines.

En pénétrant dans l’Alcazar et en découvrant les nombreuses salles et jardins, on comprendra facilement pourquoi de nombreux films et séries y ont été tournés. C’est d’ailleurs ici que les scènes représentant le royaume de Dorne, gouverné par la famille Martel, dans la saison 5 de Game of Thrones ont été filmés.

L’Alcazar, questions pratiques

Question pratique, l’Alcazar est ouvert tous les jours de :

  • 9h30 à 17h du 1er octobre au 31 mars ;
  • 9h30 à 19h du 1er avril au 30 septembre.

Il est fermé le 1er et le 6 janvier ainsi que le 25 décembre. Son entrée est de 9,50€ (2€ pour les étudiants et les retraités), auxquels s’ajoute un supplément de 4,5€ pour la visite des appartement royaux.

Il est possible, mais pas quasi-obligatoire comme à l’Alhambra de Grenade, de réserver des tickets à l’avance pour éviter la queue. L’achat des billets d’entrée est toutefois relativement rapide et on n’attend généralement pas plus d’une quinzaine de minutes.

Il faut compter au moins deux à trois heures de visite. 

Comme je le disais en introduction, nous y avons passé une bonne matinée. La queue était relativement courte pour pouvoir acheter les tickets. Certaines salles sont assez bondées de touristes mais il est possible de se promener tranquillement dans les jardins.

La cathédrale de Séville et son cloché, la Giralda

La cathédrale Santa Maria de la Sede de Séville est une des plus grandes au monde et la plus grande d’Europe dans un style gothique. Elle fut construite au XVIème siècle après la conquête de la ville par Ferdinand III de Castille, à l’emplacement d’une ancienne mosquée construite au XIIème siècle. Le minaret fut d’ailleurs conservé sous le nom de la Giralda. La cour des ablutions (aujourd’hui patio de los naranjos) et la porte du pardon sont également des vestiges de l’ancienne mosquée. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, elle abrite la tombe de Christophe Colomb.

On peut visiter la cathédrale de Séville :

  • De 11h à 15h30 les lundis (de 16h30 à 18h, il est possible d’assister à une visite guidée gratuite en réservant à l’avance) ;
  • De 11h à 17h du mardi au samedi ;
  • De 14h30 à 18h le dimanche.

Attention, des célébrations pouvant les modifier, il est préférable de se renseigner à l’avance sur les horaires d’ouverture.

A noter également que, comme dans beaucoup d’églises et de cathédrales en Espagne, la visite est payante : 9€ par personne, 4€ pour les étudiants et les retraités.

Malheureusement pour nous, nous n’avons pas pu visiter tout l’intérieur de la cathédrale. En raison de la préparation d’une célébration religieuse, une grande partie était fermée.

Les archives des Indes de Séville

C’est dans la Casa Lonja, ancienne bourse de commerce construite au XVIème siècle, que sont installés les documents d’archive traitant de la découverte du nouveau monde. On y trouve une collection de 8 000 cartes et de 86 millions de pages manuscrites y compris des lettres de Christophe Colomb, Cortes et Cervantès.

Les archives des Indes se visitent gratuitement. Des expositions temporaires sont réalisées comme actuellement les traces de Cervantès dans les archives des Indes.

Bon alors très clairement, il n’y a pas grand-chose à faire dans ce monument, notamment si on le compare aux deux autres édifices situés à proximité. D’ailleurs, la plupart des touristes l’ont bien compris puisque le monument est assez vide…Toutefois, si vous avez un petit « trou » dans votre programme de la journée ou s’il pleut, le bâtiment des archives des Indes peut être une bonne solution de repli !

L’hospital de los venerables

L’hospital de los venerables est à la fois un hôpital et une église utilisé pour les prêtres âgés. Construit au XVIIème siècle, on pourra y admirer de l’extérieur ses fresques baroques.

Découvrir le quartier El Arenal

El Arenal, sur les bords du Guadalquivir, est l’ancien quartier malfamé de Séville. Il fut complètement réhabilité au début du XXème siècle. Aujourd’hui, il est rempli de monde pendant la saison des corridas qui va de Pacques à Septembre, et on y trouve :

  • La Torre del Oro qui ressemble à la tour de Belem à Lisbonne. Elle était rattachée à l’Alcazar par des fortifications à l’époque de sa construction, au XIIIème siècle. Une seconde tour existait également et une chaine s’étendait entre les deux quand les bateaux ennemis attaquaient. Successivement utilisée comme tour de garde, poudrière, chapelle puis prison, la Torre del Oro accueille aujourd’hui un musée maritime. On peut y voir depuis le sommet, après avoir grimpé 91 marches, le fleuve ainsi que la ville. L’entrée est de 3€ par personne et d’1,50€ pour les étudiants et les retraités ;
  • L’hospital de la caridad : construit en 1674 dans un style baroque. Sa façade est faite de pierres rouges et d’azulejos ;
  • Le paseo de Cristophe Colomb le long d’el Guadalquivir ;
  • La Plaza de Toros de la Maestranza : il s’agit d’arènes construites en 1761. Pouvant accueillir 14 000 personnes, elles figurent parmi les plus anciennes d’Espagne. De l’extérieur, on peut en avoir un rapide aperçu mais il est possible de visiter l’intérieur. Le tarif est de 8€ par personne et de 5€ pour les étudiants et retraités. L’entrée est gratuite tous les lundis de 15h à 19h. Pour plus de renseignements, consultez le site de la Plaza de Toros.

Puis, pour se reposer de toutes ces activités, rien de tel que de faire une croisière sur le Guadalquivir (mais d’après les commentaires que j’ai pu lire, c’est assez décevant).

NB : El Arenal et Santa Cruz sont les deux quartiers du centre de Séville. Ces visites sont assez proches les unes des autres et tout peut donc se faire à pied.

Voir un spectacle de flamenco

Séville est la ville du flamenco, art andalou lié aux Gitans du sud de l’Espagne. Plus qu’une danse, le flamenco est l’expression des souffrances et des joies de l’existence.

Entre les musées, les boutiques et les salles de spectacle, on n’aura que l’embarras du choix pour le découvrir.

Nous avons choisi de voir un spectacle au musée du flamenco, situé dans un bâtiment du XVIIIème, et qui retrace l’histoire de la danse. Des spectacles de flamenco y sont organisés plusieurs fois par jour : à 17h, à 19h, à 20h45 et à 22h15. Le prix est de 20€ par personne. Bien qu’il soit possible d’acheter les billets sur place, mieux vaut réserver à l’avance, la veille ou dans la journée, et s’y rendre une bonne dizaine de minutes avant le début pour avoir une bonne place.

D’autres spectacles sont aussi organisés :

Ils durent environ 1 heure et on peut généralement y voir sur scène un guitariste, une chanteuse, un danseur et une danseuse de flamenco.

On peut réserver des places un peu partout en ville dans des agences touristiques.

A noter aussi que de nombreux bars et restaurants du centre-ville proposent des spectacles.

Quelques idées de visites à Séville en dehors du centre-ville

Au sud du centre-ville, visiter le parc Maria Luisa et la Plaza de España

Le parc Maria Luisa est le plus grand de Séville. Il se situe à une quinzaine de minutes du centre-ville. A côté se trouve la Plaza de España. De forme demi-circulaire, la place comporte 48 bancs en céramique représentant les provinces d’Espagne ainsi que 4 ponts symbolisant les anciens royaumes. Une fontaine se situe en son centre. Un étang permet d’en faire le tour en barque. Construite en 1929 pour l’exposition ibéro-américaine, avec des briques apparentes, du fer forgé et de la céramique, la place comporte aussi bien des éléments de la Renaissance qu’andalous.

Au nord du centre-ville

Au nord du centre-ville, on peut voir de nombreuses églises, palais et bâtiments comme :

  • L’ayuntamiento, l’hôtel de ville, dont la construction a été financée grâce aux richesses du nouveau monde ;
  • La casa de Pilatos, exemple de l’architecture andalouse, construite à la fin du Moyen-Âge et au début de la Renaissance. La visite coûte 8€ pour l’étage inférieur et 10€ pour tout le bâtiment. L’extérieur (depuis la rue) ne présente que peu d’intérêts ;
  • Le Metropol parasol : il s’agit d’un bâtiment à l’architecture moderne sur la plaza de la Encarnación. Ilabrite un marché couvert et un centre commercial à l’allure d’un champignon. Sa structure est en bois avec deux colonnes de bétons.
  • L’église del Salvador, le plus grand monument religieux de Séville, après la cathédrale.

Combien de temps séjourner à Séville ?

Nous sommes allés à Séville lors de notre road-trip en Andalousie. Nous y avons passé un jour et demi. On aurait pu y rester plus longtemps mais on devait ensuite partir à Cordoue. Toutefois, un jour et demi suffisent pour visiter les principaux monuments et arpenter les principaux quartiers de la ville. Nous avons déjà passé une demi-journée à visiter l’Alcazar. Nous n’avons pas pu visiter entièrement la cathédrale car une partie était fermée à cause de célébrations religieuses. En un jour et demi nous avons donc dû faire l’impasse sur certaines visites comme les arènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *