Bourgogne-Franche-Comté

Que faire à Nemours ?

Nemours, à 1 heure de Paris, possède un joli centre-ville le long du Loing. On y découvrira le château médiéval, le lavoir et l’église Saint-Jean-Baptiste de Nemours. L’idéal est de visiter Nemours pour une demi-journée, si on séjourne par exemple vers la forêt de Fontainebleau, à 15 minutes de là. Bon, j’avoue qu’à l’évocation du nom, Nemours ne fait pas rêver ! D’ailleurs, je ne pense pas que j’y serais allée s’il n’y avait pas un parc d’accrobranche juste à côté ! Mais en regardant ce qu’il y avait à y faire, j’ai découvert une petite ville sympathique avec ses maisons à pans de bois le long de l’eau.

Visiter le centre-ville de Nemours

Château de Nemours

Le château de Nemours fut construit à la fin du XIIème siècle. Son donjon, ses 4 tours de ronde et sa tour de guet de 28 mètres de haut sont intacts. Il abrite aujourd’hui un musée composé de près de 20 000 œuvres parmi lesquels des estampes, des dessins, des photos, des peintures et des sculptures.

L’église Saint-Jean-Baptiste de Nemours

L’église Saint-Jean-Baptiste de Nemours fut construite en 1170. De style gothique primitif, son porche est surmonté d’une flèche de 60 mètres de haut et ses toits sont en ardoise.

L’église fut partiellement détruite au XVème siècle puis reconstruite. L’intérieur fut réaménagé au XIXème siècle.

Le musée départemental de Préhistoire

Le musée départemental de Préhistoire se situe légèrement à l’extérieur du centre-ville. Il retrace toute la Préhistoire du bassin parisien, qui va d’environ 500 000 ans avant JC, date à laquelle les premières traces attestant de la présence de l’homme ont été découvertes, à la période gauloise au Ier siècle avant JC.

Les autres attraits de la ville

Parmi les autres attraits du centre-ville de Nemours, on trouve :

  • La bibliothèque municipale : sa façade fut conçue par Jacques Denis Antoine, architecte de la Monnaie de Paris ;
  • La mairie qui se situe dans un ancien couvent de la congrégation Notre-Dame, transformé en hôtel-Dieu en 1791 puis en mairie en 1985 ;
  • L’ancien lavoir ;
  • L’ancien couvent des Récollets du XVIIème ;
  • Les petites fosses : bras de rivière construit pour se protéger au Moyen-Age ;
  • Le Grand Pont, inauguré en 1804 par le pape Pie VII qui se rendait au sacre de Napoléon à Paris ;
  • L’ancien orphelinat, construit au XVIIIème siècle ;
  • La halte fluviale sur le canal du Loing : le Loing comprend 19 écluses et descend de 25 mètres jusqu’ à la Seine. L’ancien chemin de halage qui servait à tracter les bateaux à la force des bras ou avec des animaux offre une jolie balade ;
  • La forêt de Nemours offre de nombreux sentiers pour découvrir des rochers insolites comme la Roche volante ou la Tête de singe.

Que faire à côté de Nemours ?

Nous avons découvert Nemours à l’occasion d’une petite sortie accro-branche. Comme on ne voulait pas y passer la journée, bien qu’il y ait de quoi faire si vous êtes fan de tyrolienne, de parcours dans les arbres mais aussi de pain-ball et de combats de Sumo, et après avoir fait brièvement le tour du centre-ville de Nemours, on a regardé ce qu’il y avait à faire à côté. 

Les petits villages à proximité de Nemours sont plus intéressants sur le papier qu’en vrai. Ainsi, après s’être baladé à Fay-les-Nemours, et n’ayant absolument rien vu d’intéressant, on a rebroussé chemin pour rentrer chez mes parents qui habitent dans l’Yonne, à Sens, à 30 minutes de là. 

Toutefois, si vous vous trouvez dans le coin, voici quelques idées de visites : 

Visiter Faÿ-lès-Nemours

Parmi les attraits (auto-)proclamés de la ville on trouve :

  • Les polissoirs, blocs de grès servant aux hommes préhistoriques à aiguiser leurs outils, situés sur un parcours balisé de 10 kms. Attention : il faut connaitre le coin pour les trouver. Rien n’est indiqué ni sur Internet, ni quand on se rend dans le village.
  • La chapelle Saint-Augustin qui date de la fin XVème siècle ;
  • Le château du XVème siècle dont il ne reste d’origine que l’aile nord. Le reste du château, qui est aujourd’hui un château privé qui ne se visite pas et qui ne mérite pas grand intérêt, fut reconstruit au fil des siècles ;
  • La ferme de Lavaux, bâtie lors des guerres de religion et remaniée au XIXème.

Tout ça, c’est ce qui est indiqué sur les différents sites que je suis allée consulter pour préparer ma visite ! Sur place, grosse déception ! Impossible de savoir où les polissoirs sont situés, la chapelle était fermée et le château privé est caché derrière une porte…

Visiter Grez-sur-Loing

Au Moyen-Âge, Grez-sur-Loing était protégé par un mur d’enceinte dans lequel 4 portes permettaient d’accéder à la ville. De cette époque, la ville conserve un pont du XIIIème siècle, la tour de Ganne construite au XIème siècle, dont il ne reste qu’une partie ainsi que l’église Notre-Dame et Saint-Laurent construite en 1180 sur un ancien temple gaulois.

A la fin du XIXème siècle, la ville attira de nombreux artistes, peintres, sculpteurs, écrivains et musiciens.

Visiter Larchant

A Larchant, on peut voir la basilique Saint-Mathurin du XIIème siècle, qui fut une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Plusieurs rois y vinrent ainsi en pèlerinage.

Des gravures rupestres datant de 10 000 ans, conservées grâce à la présence de marais et d’abris sous roches, y ont été découverts. Autour de Larchant, on pourra se promener dans la forêt où se trouvent des étendues de sable blanc.

Visiter Ormésson

A Ormésson, se trouve le site paléolithique des Bossats que l’homme de Neandertal et l’Homo sapiens ont occupé. Des restes d’animaux chassés ainsi que des zones de foyers et de combustibles y ont été découvertes. Bien entendu, le site est fermé au public mais il est possible de le visiter à de rares occasions.

Ormésson possède aussi une église du XIIème siècle, l’église Notre-Dame de l’Assomption, typique du gâtinais, la région dans laquelle elle se trouve. On y verra aussi des carrières de sable blanc qui servent pour l’industrie du verre. 

Visiter le parc régional du Gâtinais

Certains de ces villages se trouvent dans le parc naturel régional du Gâtinais qui s’étend sur plus de 75 000 hectares à cheval entre l’Essonne et la Seine-et-Marne. Le parc, surnommé « le pays des mille clairières et du grès » offre de nombreuses balades, en vélo ou à pieds. Pour en savoir plus, consultez le site Internet du parc régional du Gâtinais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *