Europe,  Turquie

Visiter la côte Est de la Turquie

J’ai un peu honte de l’écrire mais je suis partie en Turquie en voyage organisé avec bus, excursion programmée, hôtel choisi d’avance et tout ce qui va avec ! Rien de très baroudeur mais j’avais des congés à solder rapidement et j’ai vu ce voyage à 300€ tout inclus pendant une semaine ! Forcément, je n’aurais jamais trouvé moins cher par moi-même et j’ai donc sauté sur l’occasion ! Mais mise à part quelques arrêts forcés là où on ne veut pas aller (genre magasin de cuir ou de fabrication de tapis fait-main (on a un peu du mal à y croire d’ailleurs)) tout s’est très bien passé ! En même temps, il faut jouer le jeu. Si un tel prix est proposé, c’est notamment car l’agence de voyage touche quelques commissions…Ceci étant dit, entrons tout de suite dans le vif du sujet : nous avons atterri à Antalya pour un circuit à la découverte du patrimoine de la région : Aphrodisias, Perge, Hiérapolis, Pamukkale…

Les vestiges des cités gréco-romaines

Aphrodisias

Après avoir atterri à Antalya, nous avons pris la route dès le lendemain pour Aphrodisias, à plusieurs heures de route de là. Comme son nom l’indique, la ville était dédiée à Aphrodite, la déesse de l’amour et de la sexualité. Il s’agissait donc du premier site antique de notre périple et nous n’avons pas été déçus.

Parmi les monuments les mieux conservés du site, et de la région, se trouvent le théâtre et surtout le stade. Avec ses 260 mètres de long et ses 60 mètres de large, il pouvait accueillir 30 000 personnes. 

Bien que détruit en grande partie à cause d’un tremblement de terre dans les premiers siècles de notre ère, c’est également à cause d’un séisme qu’il fut découvert. En effet, abandonné au fil des siècles, et tombé dans l’oubli, un village avait recouvert le site. Un tremblement de terre survenu en 1956, endommagea une partie des habitations, mais permit de mettre à jour le site antique. 

Ephèse

Deuxième étape du voyage : Ephèse à quelques kilomètres de la mer Égée. La cité antique attire beaucoup plus de monde qu’Aphrodisias. Il faut dire que le site a été relativement mieux conservé au fil des siècles puisqu’il n’est jamais tombé dans l’oubli. La ville était même un lieu de pèlerinage des Chrétiens qui venaient se recueillir sur la tombe de Jean, à quelques kilomètres du site antique. Éphèse abritait également le temple d’Artémis, une des sept merveilles du monde, dont il ne reste aujourd’hui que des ruines ! 

Hiérapolis et Pamukkale

Troisième étape du voyage : Hiéropolis, une cité antique, à côté de Pamukkale, un merveilleux site naturel. Pamukkale, château de coton en turque est un assemblage de sécrétions calcaires. Elles attirent un grand nombre de visiteurs qui viennent simplement voir ou se baigner dans ces sources d’eau chaude. Ce n’est donc pas pour rien que la cité thermale de Hiéraoplis a été construite à cet endroit. On peut encore y voir de nos jours de nombreux vestiges antiques comme le théâtre et la nécropole qui compte plus de 1 200 tombes. 

Antalya

Après ces 3 visites, nous sommes retournés à Antalya. La ville est entourée de falaises de 23 mètres de haut et regorge de monuments et sites divers et variés :  le minaret cannelé et la mosquée à 6 dômes (mosquée Yivli), la mosquée au minaret tronqué (Keski minare), la tour de l’horloge, les chute d’eau de Karpuzkaldiran… 

A une vingtaine de kilomètres de là se trouve le site antique de Perge. Il est assez peu visité car il faut dire qu’il n’est pas aussi remarquable que les sites d’Aphrodisias, de Hiérapolis ou d’Ephèse. 

En revanche, Aspendos, à une quarantaine de kilomètres d’Antalya, vaut le coup d’œil : à la différence des autres sites, on ne verra pas de vestiges d’une cité mais uniquement un théâtre. Mais quel théâtre…

En savoir plus sur la Turquie à l’Antiquité

La mythologie Grecque

La religion grecque a été pratiquée pendant plus de 1000 ans en Grèce antique, d’environ 1400 avant JC à 150 avant JC. Elle fut abandonnée au profit de la religion romaine à la suite de la conquête de la Grèce par les Romains.

Littérature et la mythologie grecque

De nombreux textes relatent de la mythologie grecque. C’est de cette façon qu’elle nous est parvenue aujourd’hui. Parmi les plus connus, on trouve l’Iliade et L’Odyssée d’Homère, la Théogonie d’Hésiode, certains récits dramatiques de Sophocle, Aristophane et Euripide ainsi que les ouvrages d’historiens tel que Hérodote et Plutarque.

Les événements mythiques ainsi que les personnages étaient pour les Grecs des réalités historiques. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les dieux ressemblent aux humains tant par leur apparence que leurs actions. 

Les dieux et déesses de la mythologie grecque

La religion grecque est polythéiste. Les principaux dieux et les principales déesses vivent sur l’Olympe, la plus haute montagne de Grèce culminant à 2 917 mètres de haut. Ce sont :

  • Zeus : dieu du tonnerre et du ciel. C’est le roi des dieux ;
  • Héra : déesse de la famille et du mariage. C’est la femme de Zeus ;
  • Poséidon : dieu des océans et des mers ;
  • Athéna : déesse de la sagesse et de la stratégie guerrière ;
  • Déméter : déesse des récoltes ;
  • Artémis : déesse de la chasse et de la nature. La cité d’Ephèse fut construite en son honneur. Le temple d’Artémis qui s’y situait était une des sept merveilles du monde ;
  • Apollon : dieu des arts et de la jeunesse. C’est le frère jumeau d’Artémis. La cité de Hiérapolis fut bâtie en son honneur ainsi qu’en celui d’Hadès ;
  • Héphaïstos : dieu de la forge ;
  • Aphrodite : déesse de l’amour et de la beauté. La cité d’Aphrodisias lui est dédiée ;
  • Dionysos : dieu du vin. Il naquit de la cuisse de Jupiter ;
  • Hermès : dieu messager, du voyage et du commerce ;
  • Arès : dieu de la guerre.

Les autres dieux et déesses les plus connus sont :

  • Hadès : dieu des enfers ;
  • Morphée : dieu des rêves ;
  • Hypnos : dieu du sommeil ;
  • Hélios : dieu du soleil ;
  • Perséphone : déesse de la nature ;
  • Éole : dieu des vents.

Il existe enfin des demi-dieux et des héros comme Héraclès (Hercule) ou Jason.

 Les différents édifices d’une ville gréco-romaine typique

Les villes gréco-romaines, construites sur un plan en damier, étaient composées de plusieurs monuments répondant aux principaux loisirs des habitants : le divertissement et la politique. On y trouve ainsi souvent un théâtre, un amphithéâtre, un stade, une agora, un odéon, un forum et des thermes. Les villes étaient aussi agrémentées de fontaines, statues, arcs de triomphes et temples. 

L’amphithéâtre

L’amphithéâtre est un bâtiment de forme circulaire. Il accueillait des spectacles comme des combats de gladiateurs ou d’animaux.

Le théâtre

Le théâtre jouait un rôle important dans la vie des citoyens : ils pouvaient passer des journées à assister à des représentations musicales, à des chants en l’honneur des dieux, à des fêtes religieuses ou à des spectacles… Tout le monde pouvait y aller : les plus pauvres recevaient même de l’argent en compensation de leur journée de travail perdue. La forme du théâtre et son acoustique permettaient à tous les spectateurs d’entendre les représentations. Un des théâtres les mieux conservés de Turquie se trouve à Aspendos, à 45 kilomètres à l’est d’Antalya.

Le stade ou le cirque

Le stade, aussi appelé cirque, était un lieu de divertissement. S’y déroulaient de nombreux événements, notamment des compétitions sportives comme des combats de lutte ou de gladiateurs, ainsi que des épreuves de saut en hauteur, de lancer de javelots ou de course de chars. Des fêtes en l’honneur des différentes divinités y avaient lieu. Il est possible d’admirer un stade bien conservé à Aphrodisias, à 250 kilomètres au nord-ouest d’Antalya.

Le forum ou l’agora

Le forum (ou agora) était la place centrale de la ville. C’est là que se situaient de nombreux bâtiments commerciaux, administratifs et religieux. Le forum est le terme romain, l’agora le terme grec. 

L’odéon et le bouleutérion

L’odéon était le lieu dédié aux spectacles musicaux. Le bouleutérion était un lieu de pouvoir politique dans lequel se rassemblaient les citoyens les plus riches et les plus influents de la ville (sur le plan étymologique, c’était le lieu où se rassemblait la Boulé, citoyens en charge des lois). C’est donc dans cet endroit que se déroulaient les réunions politiques.

Les deux bâtiments ont la même forme (il s’agit de la forme d’un théâtre) mais le bouleutérion est plus petit.

Les aqueducs

Les villes gréco-romaines comportaient des aqueducs, permettant aux bâtiments d’être alimentés en eau

Les thermes

Les thermes étaient des bains publics accessibles à toutes les couches de la population. On y venait pour se laver mais aussi pour se détendre et parler affaires. 

Découvrir la Turquie

Vous souhaitez partir en Turquie, vous balader sur les rives du Bosphore à Istanbul, explorer la Cappadoce ou découvrir les sites antiques autour de la mer Egée ? Voici quelques repères à connaitre avant de partir en Turquie.

Quand partir en Turquie ?

La Turquie est un vaste pays avec des climats différents en fonction de la région.

Ainsi, il peut faire très froid en hiver dans l’est de la Turquie comme en Cappadoce. Dans le sud, comme dans la région d’Antalya, le climat est de type méditerranéen, c’est-à-dire que les hivers sont doux et les étés chauds.

Pour se baigner et profiter des joies de la mer, mieux vaut partir en été mais c’est aussi la période où les touristes sont les plus nombreux. 

Quelques repères géographiques sur la Turquie

La Turquie est un pays à cheval entre deux continents : l’Asie à l’est et l’Europe à l’ouest.

Depuis l’Antiquité, sa position lui confère un rôle géopolitique important. Elle était autrefois un passage obligé sur la route de la soie et est aujourd’hui au cœur du passage d’oléoducs d’importance stratégique. Elle est bordée par la mer Égée à l’ouest, la mer Méditerranée au sud et le mer Noire au nord. Le pays compte environ 77 millions d’habitants.

Quelques repères historiques sur la Turquie

Les premières traces de peuplement en Turquie remontent à plus de 10 000 ans avant notre ère. Le pays a ensuite été envahi à de nombreuses reprises durant l’Antiquité.

Parmi tous ces peuples, certains se sont détachés : les Grecs, qui colonisèrent le pays vers 1200 avant JC puis Alexandre le Grand en 334 avant JC. Les Romains s’emparèrent ensuite du pouvoir.

Durant cette période, de nombreuses cités gréco-romaines furent construites dont on peut encore voir les vestiges aujourd’hui comme à Éphèse, Aphrodisias ou Hiérapolis.

Les Seldjoukides envahirent ensuite le pays. De 1299 à 1923, l’Empire ottoman régna sur la Turquie. Une guerre d’indépendance éclata en 1910. Elle dura jusqu’en 1923, date à laquelle la république de Turquie prit forme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.