Turquie

Visiter Pamukkale et Hiérapolis en Turquie

Pamukkale et la cité thermale de Hiérapolis se trouvent au sud-ouest de la Turquie, à un peu plus de 3 heures de route (250 kilomètres) d’Antalya. La ville fut fondée à cet emplacement, au IIème siècle avant JC, en raison des sources d’eau chaude qui forgèrent le paysage de Pamukkale. Elle fut ensuite envahie par les Romains en 133 avant JC. Ils y construisirent de nombreux bâtiments notamment après le tremblement de terre qui détruisit une partie de la ville en 60 après JC. De nos jours, de nombreux vestiges de cette époque sont encore visibles, et les deux sites, Pamukkale et Hiérapolis, sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. 

La découverte de Pamukkale 

Pamukkale, qui signifie en turque château de coton, est une tufière, c’est-à-dire une source qui forme des secrétions calcaires. Ainsi, le long d’une falaise de 200 mètres, pas moins de 17 sources saturées en sels minéraux et en gaz carbonique ont permis au carbonate de calcium de se déposer sur les flancs de la falaise donnant l’apparence d’une chute d’eau glacée.

Il est possible de se baigner ou juste de tremper les pieds dans un des nombreux bassins, alimentés par certaines sources atteignant parfois les 45°.

Autre possibilité pour profiter des bienfaits de cette eau : se baigner dans la piscine thermale baptisée « piscine de Cléopâtre ». Il s’agit de l’antique piscine toujours exploitée et on se baigne donc au milieu des vestiges romains dans une eau pétillante à 36°. Le nom de la piscine fut donné par Marc-Antoine car Cléopâtre s’y serait baignée et aurait fait rapporter de cette eau à Rome.

L’eau thermale est ensuite transportée par un système de canaux jusqu’aux champs et villages de la région. En tout, ce système hydraulique s’étend sur 70 kilomètres.

A côté du site de Pamukkale se trouve l’ancienne ville thermale de Hiérapolis.

La visite de Hiérapolis, à côté de Pamukkale

La cité thermale de Hiérapolis fut fondée au IIème siècle avant JC par Eumène II, roi de Pergame (le royaume de Pergame comprenait toute la partie ouest de l’Asie mineure, c’est-à-dire de la Turquie actuelle).

Hiérapolis fut bâtie en l’honneur de deux dieux :

  • Apollon : dieu de la musique, du chant, de la poésie et de la beauté masculine. A l’origine, Apollon était un dieu grec mais il fut vite adoré par les romains dès le Vème siècle avec JC ;
  • Pluton : dieu des enfers, correspondant au dieu grec Hadès.

La ville passa sous domination romaine en 133 avant JC. Les Romains y construisirent de nombreux bâtiments. Toutefois, un tremblement de terre détruisit une grande partie de la ville en 60. Les ruines des édifices que l’on peut voir aujourd’hui furent reconstruits au II et IIIème siècles de notre ère. Cette période marque l’apogée de la ville, qui comptait alors jusqu’à 100 000 habitants.

A l’époque chrétienne, la ville se développa encore et plusieurs églises virent le jour, dont une qui remplaça les thermes. Elle devint un centre religieux important de l’Empire romain d’Orient.

Cette histoire mouvementée s’achève par un nouveau tremblement de terre, au VIIème siècle, puis par les invasions des armées persanes et des Seldjoukides au XIIème siècle. 

Le Martyrium de Saint-Philippe 

Le Martyrium de Saint-Philippe fut construit à la fin du Vème siècle. L’apôtre y serait décédé en 80 (certains disent qu’il aurait été lapidé puis crucifié, d’autres qu’il serait mort de vieillesse). Sa tombe aurait été retrouvée en 2011 à Hiérapolis sous les ruines d’une ancienne église.

Le théâtre de Hiérapolis

Le théâtre antique de Hiérapolis fut construit, détruit puis reconstruit de nombreuses fois. L’édifice actuel date du IIème siècle après JC et pouvait accueillir jusqu’à 15000 personnes.

Les thermes

Les thermes de Hiérapolis abritent aujourd’hui un musée d’archéologie. On peut y voir notamment une collection de pièces, une galerie de statues et de tombes ainsi que des stèles retrouvées dans les ruines des monuments.

La nécropole

La nécropole de Hiérapolis compte plus de 1 200 tombes de différentes époques et de différents styles : des tumuli (amas de terre et de pierre recouvrant une sépulture), des tombes grecques recouvertes de graffitis, des tombes de l’époque romaine, des sarcophages en marbre, des temples miniatures…

Les autres vestiges de Hiérapolis

Parmi les autres vestiges de la ville antique de Hiérapolis, on peut voir :

  • Le temple d’Apollon dont il ne reste aujourd’hui que les fondations ;
  • Le Plutonium (temple de Pluton) où des gaz supposés être envoyés par Pluton s’évaporait ;
  • La porte Domitine en forme d’arc de triomphe ;
  • Le gymnase qui date du règne de Septime Sévère (193-211 après JC)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *