Tenerife-nord de l'île
Tenerife

Visiter Tenerife en une semaine : que voir? que faire?

Je suis allée à Tenerife pour fêter nos 10 ans d’amitié avec une copine. Étant donné qu’elle est enseignante, on y est allé pendant les vacances scolaires. Et comme on voulait partir en été, on s’est retrouvé à Tenerife pendant les grandes vacances, en plein mois d’août. On ne s’attendait vraiment à rien et on avait peur de trouver devant nous des plages bondées et des barres d’immeubles. On s’y est pris un peu à la dernière minute pour planifier les vacances, mais c’était une destination qui correspondait à notre budget serré. On s’est donc lancé un peu à l’aveugle ! Et au lieu de trouver un littoral terni par les constructions, ce sont de belles plages de sable noir et des paysages uniques au monde au parc national del Teide que nous avons découverts. D’ailleurs, ce n’est vraiment qu’une partie du sud de l’île qui est dédiée aux vacances en mode fiesta, bar et boite de nuit. Le reste conserve un aspect encore sauvage et authentique, entre paysages naturels à couper le souffle et villages pittoresques à souhait. 

Nord de Tenerife

Visiter le Teide et son parc 

Le Teide et son parc national, c’est vraiment mon coup de cœur à Tenerife. Au-delà du volcan en lui-même, qui a de quoi impressionner, c’est tout un parc à l’ambiance, aux formes et aux couleurs dignes d’un film de science-fiction qui mérite le détour. Ce n’est pas pour rien qu’il a été choisi comme lieu de tournage pour le Choc des titansLa planète des singes, ou encore Un million d’années avant JC, et qu’il est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

D’ailleurs, on a tellement été charmé qu’on y est même allé deux fois. La première, en excursion organisée depuis notre hôtel et la seconde par nos propres moyens, en louant une voiture, car on voulait absolument le découvrir plus en profondeur.

Il faut aussi dire que lors de notre première visite, on avait choisi de prendre le téléphérique et qu’on a été un peu (extrêmement) déçu par la vue car les nuages empêchaient de voir quoi que ce soit. En temps normal, il est possible d’apercevoir le nord de l’île et parfois même les îles voisines de Tenerife. Rien d’étonnant à ça puisqu’avec ses 3718 mètres de haut, il s’agit du plus haut sommet d’Espagne. D’ailleurs, Christophe Colomb l’aurait vu en éruption quand il y fit escale en 1492 avant de traverser l’océan Atlantique.

Le parc offre quant à lui une multitude de paysages différents. D’une forêt de pins lors de la montée, on arrive à des paysages désertiques, voire quasi lunaires, avec des coulées de lave, des blocs de roche, des cratères et des volcans.

Comment se rendre au Parc national tel Teide et au volcan ?

Il existe 4 routes différentes pour se rendre au volcan el Teide ;

  • Depuis le village de Vilaflor ou le village Guía de Isora et de Chío dans le sud ;
  • Depuis une route partant de San Cristobal de la Laguna ou de la Orotava dans le nord.

Il est possible de s’y rendre en bus mais il faut s’armer de courage et de patience :

  • Depuis le sud, le bus 342 part de Playa de las Americas à 9h15 et passe par Los Cristianos à 9h30. Le retour a lieu à 15h40 depuis le téléphérique ;
  • Depuis le nord, le bus 348 part de Puerto de la Cruz à 9h15. Le retour a lieu à 16h depuis le téléphérique.

Bref, c’est un peu galère en transport en commun pour y aller (comme pour se déplacer sur toute l’île d’ailleurs !). Les bus ne passent pas souvent et il faut bien connaitre les horaires à l’avance pour ne pas se retrouver bloquer sur place.

Autre possibilité pour se rendre au Teide : louer une voiture. La location coûte environ 25€ la journée et c’est la solution que nous avions choisie pour faire le tour de l’île. La route pour accéder au Teide est assez sinueuse mais elle est tout à fait faisable (puisque j’ai réussi à y conduire et que je n’aime pas les routes de montagne).

Dernière possibilité : prendre une excursion proposée dans une agence ou dans un hôtel. C’est également ce que nous avons fait puisque (je me répète), nous y sommes allées deux fois. 

La formule excursion est un bon compromis car elle permet de profiter du paysage sans avoir à regarder la route. L’inconvénient majeur est que forçement, on n’est pas libre de nos mouvements puisqu’on a un temps à respecter (mais on a quand même pu pas mal profiter sans être trop pressé par le temps).

Tenerife El Teide

Visiter Tenerife du nord au sud

Le coin le plus sauvage de Tenerife, c’est le nord, avec le massif montagneux d’Anaga qui possède le plus grand nombre d’espèces endémiques d’Europe. Mais c’est aussi dans le nord que se trouvent les jolies villes de style colonial comme La Orotava, connue pour son jardin d’acclimatation, San cristobal de la Laguna, dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l’Unesco ou Santa Cruz de Tenerife, la capitale de l’île.

Malheureusement on n’y a passé qu’une journée mais je vous conseille vraiment d’y consacrer plus de temps si vous avez l’attention de visiter Tenerife. 

Autre coin atypique de Tenerife : le sud-ouest. C’est ici que se trouvent les falaises de los Gigantes et le Barranco de Masca. Les Gigantes sont des falaises hautes par endroit de 500 mètres plongeant dans la mer. Le Barranco de Masca est un canyon qui part du village du même nom pour rejoindre l’océan Atlantique.

Le sud-ouest de Tenerife

Le sud-ouest de Tenerife regorge de sites assez incroyables comme Les Gigantes, des falaises hautes de près de 500 mètres et le Barranco de Masca, un canyon qui part de Masca pour descendre jusqu’à l’océan, idéal pour faire une randonnée à l’abri de la chaleur. C’est aussi ici que se trouve Puerto Santiago, un petit port de pêche, et Playa la Arena, une plage de sable noir. 

Barranco de Masca Tenerife

Los Gigantes

Los Gigantes sont des falaises abruptes qui plongent dans la mer. Constituées de basalte, elles sont hautes de 500 mètres à certains endroits. 

Certaines balades permettent de mieux les découvrir. C’est le cas de la randonnée qui va de Tamaimo à Los Gigantes en passant par des tunnels autrefois utilisés comme canaux d’irrigation. La balade dure environ 3h pour une distance de 8 kilomètres (aller uniquement). Une partie de la randonnée est dans le noir, il faut donc prévoir une lampe de poche.

Attention : mieux vaut ne pas être claustrophobe et sujet au vertige pour faire cette randonnée. 

Cette formation géologique exceptionnelle a donné son nom à la ville de los Gigantes, une station balnéaire possédant une belle plage de sable noir, un petit port et des piscines d’eau de mer naturelles.

Los Gigantes à Tenerife

Le barranco de Masca

Le barranco de Masca est un canyon qui part du petit village du même nom et qui descend jusqu’à l’océan Atlantique. Selon la légende, les gorges furent autrefois le repère de pirates.

La randonnée dure environ 2 heures pour 4,5 kilomètres (3 heures à un rythme plus tranquille avec un pause déjeuner).

Niveau organisation, il faut prévoir des chaussures de marche, un maillot de bain, une serviette et de quoi boire et manger.

En effet, arrivé à la fin de la randonnée, il est possible de se baigner dans l’océan en attendant le bateau qui vous ramènera à los Gigantes. Les plus chanceux pourront même apercevoir des dauphins sur le trajet du retour.

Arrivée là, deux possibilités existent : remonter le canyon ou prendre un bateau qui nous conduit à la ville de los Gigantes. Pour récupérer sa voiture si vous l’avez laissé à Masca, il faudra alors prendre un bus ou un taxi (il est aussi possible de laisser directement sa voiture à Los Gigantes et de rejoindre Masca en bus ou en taxi à l’aller et non au retour).

Malheureusement toutefois aucun bus direct ne rejoint Los Gigantes à Masca : il faut en prendre deux. La seule ligne qui va à Masca relie Santiago del Teide à Buenavista (dans le nord de l’île).

Question pratique, la randonnée peut se faire par ses propres moyens ou avec un guide. Pour éviter toutes ces tracasseries (et surtout car on n’avait pas loué notre voiture pour la semaine entière), nous avons choisi de faire une excursion en groupe avec un agence pour descendre le canyon. C’était très pratique niveau logistique : pas besoin de prendre plusieurs bus ou d’avoir à récupérer une voiture. Pour le retour, on n’a pas eu besoin de trouver un bateau pour nous ramener. Tout était déjà prévu. En plus, ça permet de rencontrer d’autres voyageurs et de papoter durant la marche. 

Enfin, pour ceux qui veulent prolonger la visite (ou plutôt la commencer à l’avance si on ne veut pas remonter le canyon), il est possible de se promener dans la région de Masca pour voir les maisons traditionnelles de Tenerife ou admirer l’église de l’Immaculé Conception qui date du XVIIIème siècle dans le village de Masca. 

Puerto Santiago et Playa la Arena

Puerto Santiago est un petit port de pêche près des falaises de les Gigantes.

A moins d’un kilomètre se trouve la plage la Arena, plage de sable noir.

Attention, quand il y a du soleil, le sable est parfois brûlant. La plage se situe le long d’une avenue accueillant bars et restaurants. 

Puerto Santiago Tenerife

Visiter le nord de Tenerife

Le nord de Tenerife, c’est tout simplement le mélange entre des villes aux centres historiques retraçant l’histoire de l’île, comme La Orotava, San Cristobal de la Laguna et Santa Cruz de Tenerife, et un parc naturel riche en espèces endémiques, le parc naturel d’Anaga. Offrant de superbes paysages, il est le lieu idéal pour faire de belles randonnées. 

Nous avons découvert tous ces lieux lors de notre journée tour de l’île en voiture. Mais une journée, c’était malheureusement bien trop court pour tout voir, tant les centres des villes sont beaux et les paysages grandioses. On aurait aimé faire une randonnée dans le parc d’Anaga mais malheureusement, nous n’avions ni l’équipement, ni le temps nécessaire pour le faire.

La Orotava

La Orotava, au centre de l’île, est connue pour son jardin d’acclamation conçu en 1788. Il servait à l’époque de jardin d’acclimatation pour les plantes et les fleurs rapportées du nouveau monde. Autre point d’intérêt : l’église Nuestra Señora de la conception, construite en 1768.

San Cristobal de la Laguna

La ville de San Cristobal de la Laguna, appelée plus simplement La laguna, est classée au patrimoine mondial de l’Unesco pour son centre historique. Au nord de l’île, la Laguna a été fondée en 1496 à l’époque où les navigateurs faisaient escale à Tenerife avant de traverser l’Atlantique. Elle fut d’ailleurs la capitale de l’île jusqu’en 1823.

La Laguna possède encore aujourd’hui de beaux bâtiments datant de l’époque coloniale. Le tracé de ses rues a même servi de modèle lors de la fondation de certaines grandes villes d’Amérique Latine.

La vallée de Guerra

La vallée de Guerra, qui se situe à moins de 15 kilomètres de la ville de San Cristobal de la Laguna, est connue pour être une zone archéologique comprenant des vestiges de la culture Guanche, premiers habitants de l’île de Tenerife.

Elle accueille aussi un musée d’archéologie et d’anthropologie dans la Casa de Carta, noble demeure du XVIIIème siècle.

Le parc naturel d’Anaga

Le parc naturel d’Anaga est un massif montagneux possédant le plus grand nombre d’espèces endémiques en Europe. L’Unesco l’a ainsi désigné réserve de biosphère.

Le parc, d’une superficie de près de 14 500 hectares, se situe à l’extrême nord-est de l’île. Il englobe les villes de Santa Cruz de Tenerife, San Cristobal de la Laguna et Tegueste. 

Parc naturel d'ataga Tenerife

Santa Cruz de Tenerife

Santa Cruz de Tenerife, qui se situe au nord-est de l’île, est la capitale. La ville compte notamment le plus grand port d’Espagne. Mais ce qui fait la gloire de la ville c’est sans nulle doute son carnaval. Ayant lieu tous les ans de fin janvier à fin février, c’est le plus grand d’Espagne. Autre attrait de la ville : son auditorium, emblème de l’architecture contemporaine espagnole.

La basilique de la Candelaria

La Basilique de la Candelaria se situe à 20 kilomètres au sud de Santa Cruz de Tenerife. Elle attire chaque année près de 2,5 millions de visiteurs.

Les pyramides de Güímar et la réserve naturelle

A l’origine au nombre de neuf, il reste aujourd’hui six pyramides de Güímar dont la spécificité est d’être édifiées en pierre de lave. Leur construction remonte au XIXème siècle mais on ne sait ni commun elles ont été construites, ni par qui, ni dans quel but. Non loin de là se trouve la réserve naturelle de Malpais de Güímar, littéralement mauvais pays. Les coulées de lave ont transformé ce coin de littoral en paysage volcanique, aride, hostile et sauvage.

Le sud-est de Tenerife

Le sud-est de Tenerife est vraiment le coin le plus détérioré par les constructions touristiques. Il compte ainsi de nombreux complexes hôteliers mais également de belles plages de sable noir et quelques plages de sable blanc. C’est dans le sud que se trouvent notamment los Cristianos, playa de las Americas et costa Adeje.

La ville de los Cristianos compte deux plages de sable blanc, un port offrant une belle promenade et de nombreux bars et restaurants. C’est du port de Los Cristianos que partent les bateaux pour La Gomera, La Palma et El Hierro.

Non loin de là, Playa de las Americas ne conserve plus grand-chose du charme de l’île…mais permet à ceux qui le souhaitent de faire la fête dans une des discothèques de la ville ou simplement de boire un verre et de manger un morceau dans l’un des nombreux bars ou restaurants.

Plusieurs centres commerciaux se situent également à Playa de las Americas ainsi qu’un grand centre aquatique.

Enfin, toujours dans le sud-est, Costa Adeje est une station balnéaire dans le prolongement de la côte de Los Cristianos et Playa de las Americas comptant plusieurs plages et un petit port.

Et encore d’autres idées

Voici encore d’autres idées de découverte à Tenerife : 

  • Se baigner dans les piscines naturelles de Garachico, situé sur la côte nord-ouest. Il s’agit de bassins créés par les anciennes coulées de lave et façonnés au fil des ans par les vagues. La ville était autrefois le principal port de l’île, jusqu’à l’éruption du Teide en 1706 ;
  • Visiter le parc du Dragonnier à Icod de los Vinos, un parc botanique de 3 hectares. Son nom vient du dragonnier (espèce de plantes), âgé d’au moins 800 ans et mesurant 16 mètres de haut ;
  • Prendre un brunch et visiter les caves de Bodegas Monje, dans le nord de l’île. Le vignoble offre un paysage incroyable avec une vue sur le volcan et sur l’océan Atlantique ;
  • Observer les étoiles depuis le volcan, pour pouvoir profiter d’une vue assez dégagée, et sans lumière artificielle, et avoir une chance d’apercevoir la voie lactée ;
  • Faire un tour au Parc Siam, un des parcs aquatiques les plus célèbres au monde. Le temps d’attente est toutefois assez long pour faire les différents toboggans et autres attractions aquatiques puisqu’il faut compter entre 30 minutes et 1 heure ;
  • Manger dans un Guachinche, un tout petit restaurant, avec cuisine maison et produits locaux. Il est toutefois parfois assez difficile de les trouver car rien ne les indique précisément si ce n’est des panneaux écrits à la peinture ou au feutre ;
  • Trouver des petites plages secrètes, en demandant aux locaux, ou en allant aux plus connues, qui n’ont du coup plus rien de secrètes (plage de Tacoronte, Playa Antequera ou encore Taganana) ;
  • Découvrir Corona Forestal, la plus grande étendue verte de Tenerife, entourant le parc national del Teide. 
El Teide à Tenerife

Découvrir Tenerife

Cet article vous a donné envie de partir en vacances à Tenerife et vous voulez en savoir plus sur cette jolie île d’Espagne ? Voici quelques repères géographiques, économiques et historiques ainsi qu’un top 5 des raisons de découvrir l’île.

El Teide Tenerife

Quelques repères économiques, historiques et géographiques

Tenerife fait partie avec Fuerteventura, Lanzarote, Grande Canarie, Gomera, La Palma et Hierro de l’archipel des Canaries.

Située dans l’océan Atlantique, cette île espagnole, à la même latitude que le Sahara, se trouve à 115 kilomètres du Maroc.

Tenerife est la plus grande des îles des Canaries et celle la plus peuplée d’Espagne.

D’origine volcanique, l’île s’est formée il y a plusieurs millions d’années.

L’époque des grandes découvertes marque son apogée, puisque c’est la dernière escale avant la traversée de l’Atlantique. Christophe Colomb s’y est d’ailleurs arrêté avant de découvrir les Amériques en 1492. Les Espagnols le comprennent rapidement et l’île passe sous leur domination en 1495.

Le tourisme de masse se développe à Tenerife à partir de 1960 et l’agriculture et la pêche, qui étaient les principales richesses de l’île, cèdent progressivement du terrain à cette nouvelle source de revenus. Cette transformation modifie le paysage : des complexes hôteliers apparaissent, principalement dans le sud-est de l’île, à la place des champs d’amandes, d’agrumes et de bananes.

Aujourd’hui, avec plus de 5 millions de visiteurs par an, l’économie de Tenerife repose principalement sur le tourisme. L’agriculture représente quant à elle 10% du PIB.

5 raisons de partir à Tenerife

Si vous hésitez à partir à Tenerife, voici 5 raisons qui vous pousserons peut-être à visiter l’île :

  • Pour avoir le choix entre passer une semaine de farniente à la plage, une semaine sportive ou une semaine dans la nature ;
  • Pour la diversité de ses paysages : vert et humide au nord, désertique et sec au sud ;
  • Pour les circuits en bateaux où l’on peut apercevoir des dauphins et des baleines globicéphales ;
  • Pour les centres historiques des villes dont San Cristobal de la Laguna, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ;
  • Pour pratiquer un tas d’activités sportives différentes : plongée, randonnée, surf… 
Sortie dauphin Tenerife

Préparer son voyage à Tenerife

Si vous voulez organiser votre voyage à Tenerife, si vous vous posez des questions avant de partir (comment se déplacer, quand y aller…), si vous cherchez une idée d’itinéraire ou si vous voulez savoir quelles sont les activités à y faire, voici des éléments de réponses : 

Quand partir à Tenerife ?

L’avantage de Tenerife, c’est qu’il fait beau quasiment toute l’année. L’été est assez chaud mais l’hiver est très doux. Pour répondre à la question en titre, tout dépend de ce que vous recherchez : 

  • Pour vous baigner, c’est en été qu’il faudra aller ; 
  • Pour faire des randonnées et profiter de l’île sans trop de touristes, il faudra y aller au printemps ou en automne, ou même en hiver où les températures descendent rarement en dessous de 15° ;
  • Enfin, c’est également en hiver que se tient le carnaval de Santa Cruz, un événement sur l’île.

Il faut aussi savoir que le climat n’est pas le même sur toute l’île. Par exemple, au Teide, en haut du volcan, il fait assez froid et il faudra bien se couvrir. 

El Teide Tenerife

Comment se déplacer à Tenerife ?

Le réseau de transport en commun est assez peu dense et il est parfois compliqué de se déplacer avec. Les bus passent peu souvent et, de surcroit, ils ne sont pas forcément ponctuels. 

Mieux vaut privilégier de se déplacer en voiture. Les locations tournent aux alentours de 25€ la journée. Vous pouvez aussi choisir de participer à des excursions, par exemple pour le Barranco de Masca. Vous n’aurez alors pas à vous soucier de l’organisation pour le retour (récupérer la voiture ou prendre un bateau…). 

Vous pouvez aussi prendre des taxis pour les petits trajets. Les prix sont plutôt abordables.

Tenerife Nord

Quel budget ?

Il faut compter environ 500€ de budget pour une semaine sur l’île. 

Le prix des billets d’avion varie entre 150€ et 200€. On peut toutefois parfois trouver des billets moins chers en dernière minute et dans des périodes avec une faible affluence. 

Le prix de la location d’une voiture varie entre 20 et 30€ la journée, auquel il faut ajouter l’essence.

En ce qui concerne les logements, il faut compter entre 60€ et 80€ la nuit en hôtel, un peu moins pour une location de deux personnes sur Airbnb.

Où loger ? 

Même si l’île n’est pas très grande, et qu’on fait vite le tour en passant par le côté est avec la voie rapide, le côté ouest, et tout le centre de l’île avec le Teide, sont plus difficiles d’accès avec des routes assez sinueuses. Afin de tout couvrir, et surtout si vous ne restez qu’une semaine, l’idéal est d’avoir deux points de chute : un dans l’ouest et un autre dans le nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *