Auvergne-Rhône-Alpes

3 jours dans le nord de l’Ardèche, que faire ?

Il y a quelques années, j’ai eu envie de découvrir les gorges de l’Ardèche. Appareil photo sous la main, lunettes de soleil sur le nez, baskets enfilées aux pieds, nous avons arpenté pendant une semaine les alentours de Vallon Pont d’Arc. Pour moi, l’Ardèche c’était ça : des gorges, des grottes et des beaux villages. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir quelques années plus tard, que je n’avais en fait découvert qu’une toute petite partie du territoire et que le nord valait également le déplacement. Des ruines du château de Crussol, à la vue sur Tournon-sur-Rhône, de la ViaRhôna et ses paysages fluviales, des Gorges du Doux au paisible lac de Devesset, le nord de l’Ardèche ne manque pas d’attraits, bien loin de là. En 3 jours en Ardèche du nord, nous avons passé une parenthèse enchantée mêlant nature, sport, découvertes historiques et culinaires. 

Remonter le temps au château de Crussol

Arpenter les ruines de Crussol

Dominant la vallée du Rhône se dresse majestueusement le château de Crussol, ou du moins ce qu’il en reste. Car le temps n’a pas épargné cette forteresse autrefois imprenable, située sur un axe de communication stratégique. Des siècles qu’il traversa, le château fut le théâtre de nombre d’unions qui marquèrent l’histoire de la région, mais aussi d’incendies, de tirs de mine, d’éboulement et de foudre. 

Il n’en reste aujourd’hui que des remparts ainsi qu’une tour, dans un vaste site historique de 3 hectares qui se laisse découvrir tant pour son histoire, pour la richesse de sa biodiversité, que pour sa vue sur les vignobles environnant ainsi que sur le Vercors au loin. Un panorama à couper le souffle où le temps s’arrête, parfois accompagné des élans de musique des différents évènements qui viennent ponctuer la vie du château. Reconstitution historique lors de la fête médiévale annuelle chaque dernier week-end de juin, festival de musique à l’initiative de la chanteuse Zaz, sur le thème de l’environnement, mais aussi balades découvertes autour de la nature ou de l’histoire et ateliers pour les plus petits redonnent vie à ce château séculaire.

Pique-niquer à l’Auberge de Crussol

Une petite faim ? Rendez-vous à l’auberge de Crussol, au pied du château, l’endroit idéal pour déguster les spécialités ardéchoises. Une cuisine du terroir y est proposée. Authentique, les menus sont cuisinés à base d’ingrédients locaux, provenant de circuits courts et de saison. Gaspacho de melon pesto estragon, rillettes de truites aux agrumes, lentilles et cochon grillé en salade, courgette basilic et clafoutis aux cerises nous ont permis de reprendre des forces pour continuer la suite de notre périple. 

Faire une halte au pic de Saint-Romain-de-Lerps

La vue depuis les ruines du château de Crussol vous a mis en appétit pour en découvrir encore plus ? Rendez-vous au Pic de Saint-Romain-de-Lerps. De l’ancien village, il ne reste plus qu’une chapelle, mais sa vue sur la région offre l’occasion de découvrir un panorama grandiose et dégagé.

Tout autour, des panneaux explicatifs permettent d’en savoir plus sur la faune et la flore environnante, en particulier sur les spécialités ardéchoises et la fameuse châtaigne qui se déguste à toutes les sauces.

Emprunter le chemin de fer des Gorges du Doux

En étudiant le plan d’un peu plus près, nous avons découvert non loin de là des gorges, oui des gorges, dans le nord de l’Ardèche, autre que celles du sud. Ce sont les Gorges du Doux, qui se découvrent aussi bien en voiture, en randonnée qu’en train. Un chemin de fer long de 28 km permet de rejoindre Lamastre depuis Tournon. Un saut dans un décor sauvage et naturel mais aussi dans le temps, puisque le voyage se fait dans un train historique : le Mastrou. A sa tête, une locomotive à vapeur tire inlassablement les voitures de voyageurs depuis l’inauguration de la ligne en 1891. 

Par manque de temps, nous nous sommes contentées de faire une halte au pont de Duzon, mais en découvrant les prospectus, je me suis dit que les enfants auraient sauté sur l’occasion pour le faire. On avait découvert la Baie-de-Somme et le Haut Quercy en chemin de fer et je me souviens avoir passé un moment incroyable.

Découvrir Tournon-sur-Rhône…

Ravies de ses découvertes ardéchoises, nous avons pris la route direction la dernière étape de la journée : Tournon-sur-Rhône, une charmante ville aux portes de la Provence. Son château médiéval, transformé au fil du temps pour accueillir aujourd’hui le musée de l’Histoire de la ville, laisse place à ses pieds à un dédale de ruelles pavées parsemées çà et là d’autres monuments et édifices historiques. 

Nous y avons séjourné dans le gite le pied du Géant, niché au cœur du centre historique, et à deux pas de tous les commerces et restaurants. A taille humaine, il s’agit d’une maison de famille entièrement rénovée pour accueillir les visiteurs.

Après y avoir posé nos affaires, nous avons pris le chemin de la péniche slow food café pour déguster, encore une fois, une cuisine locale et saine. Tout y est fait pour passer un moment paisible et finir la journée en admirant les couleurs du coucher de soleil se refléter sur les eaux du Rhône.  

…Et contempler la vue depuis le sentier des deux tours

Quoi de mieux pour découvrir une ville que de s’en éloigner. A Tournon-sur-Rhône, c’est possible depuis la passerelle Marc Sequin ou depuis le sentier des deux tours. C’est ce chemin que nous avons choisi d’emprunter, depuis la place du marché, qui d’ailleurs se tient tous les samedis matin et qui est l’occasion de découvrir la spécialité locale : le Picodon, un fromage de chèvre. La route qui permet d’accéder à la première tour est bordée des deux côtés par les vignobles de l’Hermitage. Un arrêt s’impose pour découvrir la vue sur Tournon-sur-Rhône depuis ce premier vestige, puis depuis la seconde tour, les deux seules traces des 12 anciennes tours de garde que comptait autrefois la ville.

Brûler des calories sur la ViaRhôna

Plus que reposées de notre nuit au gite, sur les chapeaux de roues depuis notre balade au sentier de deux tours, nous voilà parties sur la ViaRhôna, enfin seulement un court tronçon puisque l’ensemble de la piste cyclable va du lac Léman aux plages de la Méditerranée. 815 km au total, avec un départ des sommets alpins et une arrivée sur les plages de Camargue, alternant les panoramas sur les vignobles des Côtes du Rhône et de Provence, les villages historiques, les champs d’oliviers et de lavande, et parcourant ainsi plus de 2000 ans d’histoire. En ce qui nous concerne, nous nous sommes contentées de partir de Tournon-sur-Rhône, pour rejoindre Arras-sur-Rhône, bercées par le bruit et les mouvements du Rhône, que nous avons longé sur une bonne partie, avant de nous enfoncer à travers les champs de blé et d’arbres fruitiers.  

D’ailleurs ce n’est pas la seule piste cyclable du département qui compte de nombreuses voies vertes, dont la Dolce via, élue meilleure véloroute européenne 2020 avec ses 80 km de piste aménagés.

Grâce à nos vélos électriques loués chez Stations Bee’s, et en testant les différents modes de conduite, nous avons pu rattraper facilement le temps perdu par les différents arrêts photos.

Déguster les vins de la région à la tour d’Arras

Arrivées juste à temps pour rejoindre les hauteurs d’Arras-sur-Rhône et prolonger le chemin à pied jusqu’à la tour d’Arras, nous avons été accueillies par Pascal Jamet. Viticulteur passionné, prenant plaisir à nous parler de son travail et à faire déguster ses savoureux nectars, intarissable sur le terroir ardéchois, nous avons passé ici un moment enrichissant, au milieu des vignes. 

Employant certaines techniques ancestrales dans ces coteaux abruptes où le travail mécanique n’a pas sa place, Pascal s’est lancé avec son épouse dans le projet fou d’y planter 8 hectares de vignes. Ils travaillent en harmonie avec l’environnement, dans le respect de la nature, de la biodiversité des cépages, dont certains exigeants demandent à être palissés c’est-à-dire attachés avec du jonc. 

Découvrir la vallée de la Cance

Nous avons ensuite repris la route pour nous rendre en plein cœur de l’Ardèche verte, dans la vallée de la Cance. C’est ici que se trouve le Pont suspendu du Moulin sur Cance ainsi que la Roche Péréandre, un rocher monumental de 39 mètres de haut. Isolé au bord de la rivière, il est le témoignage du passé géologique de la région.

Passer un moment hors du temps au Moulin de Montabonnel 

Le Moulin de Montabonnel a une histoire, celle d’un bâtiment en ruine transformé en chambres d’hôtes mais aussi celle de Jean-Luc, qui, en visitant cet endroit laissé à l’abandon il y a une dizaine a une évidence, un coup de cœur : c’est ici qu’il ouvrira sa maison d’hôtes. Il imagine alors l’endroit et donne réalité à ses envies. 4 années plus tard, l’auberge peut ouvrir. En lauzes, pierres typiques de la région, l’Ardèche est mise à l’honneur avec une table d’hôtes permettant de déguster des produits locaux et un petit déjeuner où la crème de marrons maison rivalise de gourmandise avec le miel et les confitures locales. 

Déchiffrer les énigmes du chemin des proverbes

Pour notre dernier jour de visite, nous décidons de prendre le départ du chemin des proverbes, un itinéraire qui part du Moulin de Montabonnel pour rejoindre l’Arbre-Vagabond, un restaurant librairie. 12 stations où figurent des proverbes en patois nord-occitan qu’il faut déchiffrer le ponctuent. Hélas, nous sommes surprises par la pluie et nous trouvons refuge à l’Arbre Vagabond puis au Confiseur de Cheyne. Situé au-delà la frontière naturelle qui sépare l’Ardèche du département voisin de la Haute-Loire, Eric Garnier nous accueille alors qu’il est en pleine confection d’une de ses spécialités. Avec un grand sourire, il prend le temps de finir son travail sous nos yeux ébahis, tout en nous parlant avec passion de son métier. Nous repartons de là ravies, avec nos sacs remplis de chocolats, de pâtes de fruits et de guimauves.  En pleine saison touristique, des visites de la confiserie-chocolaterie y sont organisées pour admirer notamment la confection de sa succulente guimauve.

D’autres idées de découvertes du nord de l’Ardèche

S’il vous reste du temps, voici d’autres idées d’activités à faire dans le nord de l’Ardèche :

  • Se promener dans les villages de caractère comme Désaignes ou Boucieu-le-roi ;
  • En savoir plus sur la castanéiculture – la culture du châtaigner – à Lamastre ;
  • Découvrir le street-art à Annonay, capitale de la montgolfière ;
  • Se balader autour du lac de Devesset ;
  • Faire un arrêt sur le site des Mires du partage des eaux au Mont Chiniac à St Agrève.

Comment se rendre en Ardèche du nord ?

En train, le nord de l’Ardèche est desservi par la gare de Valence, qui se trouve dans le département voisin de la Drôme (mais ça il ne faut pas le dire). Il faut compter un peu plus de deux heures de train depuis Paris, contre environ 6 en voiture. Il est ensuite nécessaire de louer une voiture pour découvrir la région. 

Informations pratiques

Quand Cécile de l’office de tourisme m’a contactée pour un blog trip dans le nord de l’Ardèche, j’étais aux anges. Premier blog trip de ma vie de bloggeuse, mais aussi la découverte d’une région déjà visitée il y a quelques années, cette fois dans un coin complètement inconnu pour moi.

Cet article est donc rédigé dans le cadre de cette invitation où nous avons pu découvrir ce coin en toute autonomie, à notre rythme et selon nos envies.

J’ai partagé ce séjour avec 3 autres blogueuses : Florence de Reporterontheroad, Marelune de GirlTrotter et Marine de MarinePopping

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.