Madagascar

Visiter Majunga à Madagascar

Majunga est une ville côtière de l’ouest de Madagascar, au bord du canal du Mozambique. Point de départ pour arpenter la côte ouest de l’île, on y découvrira un formidable lieu de brassage ethnique et culturel où églises et mosquées côtoient des demeures coloniales ainsi que des boutiques arabes et indiennes. Même si la visite de la ville est assez rapide, on pourra y rester plusieurs jours pour découvrir sa région. Majunga, j’y suis allée pendant un long week-end quand j’habitais à Mayotte et je n’ai donc pas trop de conseils à donner sur comment s’y rendre depuis la France et sur un circuit à faire à Madagascar. J’ai toutefois quelques recommandations sur ce qu’il y a à y faire et sur comment visiter la ville…

Quelques informations à connaitre avant de visiter Majunga

Fondée au XVIIème siècle, la ville de Majunga, en raison de sa position géo stratégique, fut rapidement convoitée par les Indiens, les Arabes, les Africains, les Chinois puis les Français qui colonisèrent le pays à la fin du XIXème siècle.  Aujourd’hui, Majunga est le deuxième port du pays après Tamatave. Elle est au cœur d’une région de pêche. Avec ses quelques 150 000 habitants, c’est une des plus grandes villes du pays.

Quelques conseils pour visiter Majunga

On accède à Majunga en avion depuis d’autres villes de Madagascar comme Antanarivo, Diego Suarez, Nosy-Be ou depuis la Réunion, Mayotte ou les Comores. Il est aussi possible d’y venir en voiture depuis plusieurs coins du pays. Attention toutefois, alors que certaines routes sont en bon état, d’autres ressemblent davantage à des pistes qu’à des routes goudronnées.

Sur place, pour se déplacer dans Majunga, rien de plus simple : on peut choisir l’option « pousse pousse », idéal pour les petits trajets. Deuxième option, pour les trajets un peu plus longs : les taxis, idéal pour se rendre au centre-ville depuis l’aéroport ou pour se déplacer autour de Majunga. Il faut toutefois savoir qu’ils sont généralement très vétustes mais tellement vintages (on roule en 4L, en 2CV…). N’hésitez pas à négocier le prix, surtout si vous voyagez avec le taxi pour la journée. Il faudra donner au chauffeur une partie de l’argent tout de suite afin qu’il puisse mettre de l’essence, le reste à la fin de la course.

Visiter la ville de Majunga

Il faut compter une journée pour visiter Majunga, découvrir son patrimoine et appréhender le style de vie des habitants. On appréciera tout particulièrement :

  • Le port où l’on pourra voir le ballet constant de boutres, petits voiliers d’origine arabe, qui viennent décharger leurs marchandises à terre avant de reprendre le large à vide. En effet, la taille du quai étant trop petite, les navires ne peuvent pas y décharger leurs marchandises et doivent mouiller au large ;
  • Le Baobab de Majunga, d’une circonférence de 20 mètres, se trouvant au centre d’un rond-point, qui aurait plus de 700 ans ;
  • La vieille ville, en bord de mer. Les maisons à varangue y côtoient des demeures à l’architecture coloniale comme l’hôtel de France, le tout parsemé de cocotiers ;
  • Le marché de Bazar Be où l’on peut trouver un bon nombre de produits artisanaux comme des bouteilles de sable avec toutes sortes de motifs, de la broderie, des voitures bricolées avec des matériaux de récupération, prouvant toute l’ingéniosité des Malgaches ou encore de la vanille. Pour trouver des fruits et des légumes, on se rendra plutôt au marché de Tsaramandroso et pour acheter des poissons et des crustacés, on ira au marché Mahabibo ;
  • La pointe du caïman, un promontoire près du jardin d’amour qui offre une belle vue sur la ville ;
  • Le quartier du Mahabibo où une immense cathédrale blanche côtoie la mosquée la plus ancienne de la ville.

Visiter la région de Majunga

Après avoir fait le tour de la ville, il faudra s’y éloigner pour découvrir d’autres lieux dignes d’intérêt :

  • Les plages, entre le quartier de Petite Plage et la plage de Grand Pavois ;
  • Le parc national d’Ankarafantsika, à 115 kilomètres de Majunga, où l’on pourra découvrir la faune et la flore malgache. Au programme : promenade en barque pour voir les crocodiles dans le lac, tour de 4×4 pour découvrir le canyon et observation d’oiseaux, de lémuriens, de caméléons, d’iguanes et de tortues. On y compte 8 espèces de lémuriens et près de 130 espèces d’oiseaux. 
  • Le cirque rouge, un cirque naturel constitué de roches rouges à une dizaine de kilomètres de Majunga. L’accès y est assez difficile mais il mérite le détour, notamment lors d’un circuit en quad ;
  • L’éco Parc Reniala, un refuge d’animaux en danger où l’on pourra voir des autruches, des lémuriens, des crocodiles et des tortues. Il se situe à l’entrée de la ville de Majunga ;
  • Les grottes d’Anjohibe où l’on pourra voir, en plus de la grotte, une piscine naturelle et la cascade de Mahafanina. La grotte, sous deux collines voisines, est constituée de galeries souterraines de plusieurs kilomètres de long. La cavité principale est remplie de stalactites et de stalagmites pouvant atteindre plus de 10 mètres de haut et quelques 8 mètres de diamètre. Il faut prévoir 3 à 4 heures de route pour y arriver, dont une majorité de temps passé en piste, et la présence d’un guide est indispensable. Il est aussi possible d’y visiter un village de pécheurs et de faire un tour de pirogue dans la mangrove ;
  • Le lac Mangatsa, à 20 kilomètres de Majunga, assez difficile d’accès, qui ressemble plus à un petit bassin qu’à un lac. Les Malgaches qui considèrent son eau sacrée, viennent sur les rives pour y prier. Il est donc interdit d’y pécher et de s’y baigner ;
  • Le parc national de la Baie de Baly où l’écosystème marin rencontre l’écosystème terrestre. Composé de lacs, de marais et de mangroves, le site abrite d’importantes colonies d’oiseaux migrateurs et des tortues d’eau douce. Il se situe à 150 kilomètres de Majunga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.