Sri Lanka

Visiter Galle au Sri Lanka

Galle, troisième ville du Sri Lanka, est située dans le sud de l’île, à 120 kilomètres de Colombo. Elle regorge de bâtiments datant de l’empire colonial comme l’église réformée hollandaise, le phare et les remparts le long de la mer. La ville a été fortement touchée par le tsunami de 2004 qui y a fait plusieurs milliers de morts. J’y suis allée lors de mon circuit au Sri Lanka. Il s’agissait d’une des dernières visites avant de retourner à Colombo pour prendre l’avion. Nous avons visité Galle pendant une demi-journée quand nous nous reposions à Koggala après notre périple. 

L’histoire de Galle au Sri Lanka

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, la ville, située sur la route des épices et des pierres précieuses, est le témoignage d’un passé colonial construit pas les Portugais au XVIème siècle puis par les Hollandais au XVIIIème siècle.

Galle était alors le principal port du Sri Lanka : épices, pierres précieuses et autres trésors y transitaient. Quand les Anglais colonisèrent le pays, elle perdit de son importance en faveur de Colombo. On y trouve ainsi des constructions de ces époques successives comme l’église reformée hollandaise ou les forteresses. 

La ville fut terriblement touchée par le tsunami de 2004. Beaucoup d’habitants n’hésitent pas à témoigner de cette terrible journée. Quand j’ai visité les lieux, notre guide nous a raconté qu’il a été sauvé par un jeune enfant. Il devait faire visiter la ville à un groupe de touristes mais tous étaient en retard à cause d’un enfant qui n’était pas prêt ! Quand la vague dévastatrice s’est abattue sur les côtes, il était alors à l’abri.

Visiter la ville de Galle au Sri Lanka

Il faut prévoir une demi-journée pour visiter Galle. On prendra le temps de flâner dans les petites rues et d’admirer le coucher de soleil depuis les remparts. Le tour des fortifications prend déjà pas mal de temps (prévoir une casquette ou un chapeau car le soleil tape fort). La forteresse est la plus grande construite par les Européens en Asie. C’est l’occasion de se balader tout en se mêlant un peu plus à la population après avoir visité des sites très touristiques comme Sigiriya et son fameux rocher du lion. Écoliers en uniforme, moines en tenue traditionnelle ou encore participants à un mariage, sont d’ailleurs autant de personnes croisées lors de notre promenade. 

On pourra ensuite découvrir des petits quartiers où les mosquées côtoient les églises, comme la Cathédrale Sainte-Marie, construite au XIXème siècle et sa voisine, la mosquée Meera. Dans la vieille ville, des demeures coloniales assez bien conservées comme la Maison du Gouverneur, l’église hollandaise réformée (Groote Kerk), le New Oriental Hotel ou le National Museum permettent de plonger dans l’histoire de la ville et du pays. D’ailleurs, ce dernier musée regorge d’objets de l’époque coloniale mais aussi d’autres plus traditionnels et de tout un tas de documents attestant des échanges commerciaux entre le Sri Lanka et la Chine au cours des siècles. 

Enfin, un peu moins touristique mais définitivement plus authentique, un tour dans le centre-ville, à pied ou en tuk-tuk est l’occasion de découvrir la vie quotidienne des Sri lankais, et, pourquoi pas, de s’attarder dans un des nombreux petits magasins du centre-ville.

Détente à Koggala

Enfin, si vous êtes dans le coin, ne manquez pas de faire un détour par la plage. C’est à Koggala, ville côtière bordée par l’océan Indien, à une quinzaine de kilomètres de Galle que nous avions élu domicile pour notre dernière étape lors de notre circuit au Sri Lanka. Après avoir crapahuté pendant plusieurs jours, c’était l’étape idéale pour finir le séjour en beauté (et en repos). 

La ville possède une grande plage quasi déserte, mais malheureusement, les vagues sont parfois trop fortes pour pouvoir s’y baigner. Il est toutefois possible de patauger dans les piscines naturelles qui bordent la plage. Quand les conditions météo s’y prêtent, c’est toutefois un endroit rêvé pour les adeptes de snorkelling (palme masque tuba).

Pour les lève-tôt, il est possible d’aller admirer les pécheurs sur échasses (prévoir un petit pourboire pour les prendre en photos…). Et oui, d’après ce que j’ai compris, ils ne pêchent plus vraiment et sont plus là pour la photo que pour réellement pécher.

Non loin de Koggala, à 10 kilomètres en direction de Galle, se trouve la station balnéaire d’Unawatuna. La ville, assez touristique, regorge de petits restaurants et on pourra y apprécier une mer plus propice à la baignade. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.