Centre-Val de Loire

Visiter le château de Chenonceau

Le château de Chenonceau, surnommé le château des dames est un des châteaux les plus visités de la Loire. Et pour cause, visiter le château de Chenonceau, c’est replonger dans l’histoire de France et en apprendre plus sur les grandes dames qui ont façonné le lieu, Diane de Poitier et Catherine de Médicis en tête !

L’histoire du château de Chenonceau

L’histoire du château de Chenonceau est une vraie success story, au cœur des trahisons et des passions royales (Bon j’en rajoute un peu pour me donner un genre Stéphane Bern dans Secrets d’histoire…)

Premier château de Chenonceau

Le premier château édifié à cet emplacement remonte au XIIIème siècle. Il jouait alors un rôle stratégique en permettant de contrôler le trafic fluvial sur le Cher. A la fin du XVème siècle, Thomas Bohier, bourgeois de Tours récemment anobli, décida de l’acheter. Il ne s’y installa toutefois que bien plus tard, à la suite d’une longue bataille judiciaire avec les anciens propriétaires. Il y réalisera avec son épouse, Catherine Briçonnet, de nombreux travaux. Il rasa ainsi l’ancien château pour amorcer la construction de ce que nous pouvons voir aujourd’hui.

Le château de Chenonceau à la Renaissance

A la suite du décès du couple, et en conséquence de la découverte de leurs détournements de fonds, le château passa aux mains de François Ier. Il souffrit toutefois d’un manque d’entretien au détriment des autres résidences royales comme Chambord ou Fontainebleau.

Suite au décès de François Ier, son fils, Henri II, offrit le château à sa favorite, Diane de Poitiers. Elle y fit aménager le jardin qui porte aujourd’hui son nom et y fit également construire le pont reliant les deux rives du château.

Henri II décéda en 1559. Son épouse, Catherine de Médicis, devenue régente, força Diane de Poitiers à lui céder le château en échange de celui de Chaumont-sur-Loire. Elle y créa son propre jardin, fit construire les galeries sur le pont de Diane et y donna des fêtes somptueuses.

A son décès, le château passa aux mains de Louise de Lorraine, veuve d’Henri III, fils de Catherine de Médicis, brutalement assassiné. Le château de Chenonceau devint alors un lieu de recueillement. Louise de Lorraine, vêtue de la couleur du deuil royal, devint la « Dame blanche de Chenonceau ».

Au siècle des lumières

A partir de cette date, il passa dans le domaine privé et vit se succéder de nombreux propriétaires. Parmi les plus célèbres, on notera la Dame des Lumières, Louise Dupin. Elle y reçut entre autres Voltaire, Rousseau, Marivaux et Montesquieu.

Le château au XXIème siècle

Le château fut transformé en hôpital militaire pendant la Première Guerre mondiale. Il joua également un rôle pendant la Seconde Guerre mondiale. Se trouvant à la frontière entre zone libre et zone occupée, il permit le passage de nombreux juifs, blessés et résistants.

Le château est ouvert à la visite depuis 1913.

Les différents espaces du château de Chenonceau

Il faut compter une demi-journée pour avoir le temps de bien visiter le château de Chenonceau et ses différents espaces. A l’intérieur, on ne manquera pas les galeries du pont, construites par Catherine de Médicis. C’est ici que plus de 2250 blessés furent soignés pendant la Première Guerre mondiale. C’est aussi ici que se trouvait la démarcation entre zone libre et zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, le Cher faisant la frontière.

En extérieur, on pourra admirer :

  • Le jardin de Diane de Poitiers, parterre « sur l’eau » de 12 000 m2 ;
  • Le jardin de Catherine de Médicis, plus « intime » avec ses 5500m2, influencé par le style Italien ;
  • Le labyrinthe italien, un peu à l’écart du reste, souhaité par Catherine de Médicis ;
  • Le potager des fleurs organisé en deux carrés ;
  • La ferme du XVIème siècle et la galerie des attelages, un ensemble de bâtiments du XVIème siècle avec l’atelier floral en son centre ;
  • Le parc aux ânes et la ruche pédagogique.

Questions pratiques

Le château est ouvert toute l’année. Les horaires d’ouverture dépendent de la période de l’année.

Le prix du billet adulte est de :

  • 13€ par adulte (17,5€ avec audioguide) ;
  • 10€ pour les enfants âgés de 7 à 18 ans (14€ avec audioguide) ;
  • 10€ pour les étudiants âgés de 18 à 27 ans (14€ avec audioguide) ;
  • Gratuit pour les moins de 7 ans.

En dehors des périodes de forte affluence (c’est-à-dire principalement hors été), il faut compter environ 3 heures pour tout visiter en prenant son temps. En été, compte tenu du temps d’attente pour acheter les billets à l’accueil et passer les contrôles de sécurité, il faut prévoir un peu plus longtemps. Si vous voulez vous restaurer sur place et faire le tour complet du parc, il faudra prévoir la journée. Attention : il n’est pas possible d’apporter son déjeuner à l’intérieur du parc. Des aires de pique-nique sont prévues à côté du parking (mais il ne me semble pas qu’on puisse ressortir pour pique-niquer puis re-rentrer dans le parc).

Il est possible de se restaurer sur place :

  • A l’orangerie et son restaurant gastronomique ;
  • Dans le bâtiment des dômes et son restaurant rapide. Au sous-sol se trouve la cave des Dômes où il est possible de déguster du vin (ouvert de mi-mars à mi-novembre).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *