Outre-mer

Le lagon de Mayotte

Le lagon de Mayotte est un des plus grands au monde : il fait plus de 1 000 km2 et bénéficie d’une double barrière de corail qui s’étend sur 160 kilomètres. La première barrière se trouve entre 200 et 300 mètres de la rive et est donc accessible assez facilement. La seconde se trouve à une distance de 3 à 15 kilomètres de la cote.

Le lagon de Mayotte, paradis des animaux et des baleines en particulier

Le lagon permet aux baleines de mettre bas et de s’occuper de leurs baleineaux pendant leurs premiers mois de vie. Il permet aussi aux tortues de mer de venir pondre leurs œufs dans le sable chaud. On y voit aussi régulièrement des dauphins qui viennent jouer avec les vagues des bateaux.

Bref, le lagon offre de beaux endroits pour faire de la plongée ou du snorkelling (palmes, masque et tuba). Mayotte compte ainsi une douzaine de clubs de plongée qui permettent de s’initier en réalisant un baptême ou de passer les différents niveaux. Les plus sportifs pourront aussi y pratiquer du ski nautique ou du wake board. En revanche, il n’est pas possible de faire du surf car le lagon empêche les vagues d’arriver jusqu’à la plage.

Le long du littoral se trouve la mangrove, espace entre la terre et la mer, qui joue un rôle de nettoyage écologique.

Les réserves marines du lagon de Mayotte

Il existe deux réserves marines à Mayotte : à la passe en S et à Saziley. La passe en S est, à seulement une demi-heure de bateau de Mamoudzou, le plus fréquenté et le lieu de prédilection des plongeurs. Avec son platier (surface plane légèrement inclinée), son tombant (paroi verticale qui tombe dans l’eau) et ses coraux, on peut y voir, entre autres, des raies, des murènes, des barracudas, des tortues, des poissons-pierre, des poissons-clown, des éponges et même des dauphins.

Le lagon de Mayotte, un espace menacé

Bien qu’il soit actuellement encore bien préservé, le lagon de Mayotte est menacé. Surpopulation, mauvaise gestion des déchets, envasement sont autant de facteurs qui risquent de peser à termes sur un des joyaux de l’océan Indien.

Multiplication de la population par 4 en l’espace de 30 ans, détritus à même le sol, aucun tri des déchets, décharges à ciel ouvert, incinération des ordures chaotique, déforestation, insuffisance de stations d’épuration ne sont que des exemples d’une situation qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur le lagon. Et pour attester de la situation, lors d’une sortie bateau dans le lagon j’ai même pu apercevoir une espèce insolite flotter dans le lagon : un frigo !!! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.