Les passages couverts de Paris


Paris regorge de passages couverts, coincés entre deux rues ou percés dans les immeubles, et souvent un peu cachés des visiteurs. Et pourtant, dès qu’on entre dans ces galeries, couvertes par une verrière, on découvre des rues qui regorgent d’activité. Protégé des aléas du climat et du temps, on y admire des magasins et autres commerces qui ont l’air d’être restés intacts depuis des décennies. On replonge alors dans les années folles ou à la Belle Epoque, qui ont fait vibrer Paris et ont contribué à sa grandeur d’aujourd’hui.

La Galerie Vivienne est une des plus connues mais il y en a d’autres comme le Passage Jouffroy, que l’on découvre en sortant du musée Grévin, ou le passage des Panoramas, situé à quelques mètres de là. Les passages les plus chics se trouvent vers les Grands Boulevards ou vers Palais Royal et attiraient une clientèle aisée au moment de leur construction. On peut découvrir d’autres passages, cette fois ci un peu plus populaire, vers le boulevard Sébastopol.

L’histoire des passages couverts de Paris

Les premiers passages couverts de Paris ont vu le jour à la fin du XVIIIème. Très vite, le concept a fait fureur et on en comptait plus de 30 en 1860. Ils permettaient alors de se promener et de se rendre dans les magasins tout en étant à l’abri de la boue et de la poussière. Ils abritaient alors des bains publics, des cabinets d’aisance, des salons de décrottage, des théâtres, des bals, des cafés concerts, des restaurants chics, des librairies, des imprimeurs…Aujourd’hui, certain de ces passages couverts ont disparu et il n’en reste plus que 16. 

Les passages couverts autour des Grands Boulevards

Le passage des Panoramas

En 1799, deux rotondes de 17 mètres de haut, recouvertes d’immenses toiles en trompe-l’œil, que l’on appelait panoramas, marquaient l’entrée du passage. Elles ont été enlevées mais le nom des Panoramas est resté et le passage est aujourd’hui le plus vieux de Paris.

On y trouve un des plus vieux théâtres de Paris toujours en activité, le théâtre des variétés, où un certain Jean-Paul Belmondo fut directeur. Le passage fait la part belle aux philatélistes et autres collectionneurs de cartes postales et de monnaies mais abrite aussi des restaurants et autres commerces de bouche ainsi que des artisans d’art.

Le passage Jouffroy

C’est dans le passage Jouffroy, qui date de 1836, que donne la sortie du musée Grévin, crée un peu plus tard, en 1882. On y trouve des magasins de jouets, un antiquaire spécialisé dans les cannes de collection, l’hôtel Chopin ainsi qu’un magasin vendant des livres, des affiches et plus de 300 000 photos.

Autre originalité du lieu : le salon des Miroirs, ancienne brasserie du XIXème siècle qui n’est aujourd’hui ouvert que de façon privative.

Le passage Verdeau

Il abrite de nombreux antiquaires et des boutiques spécialisées dans les collections en tous genres (anciennes cartes postales, livres, appareils photos de collection…). Sa particularité est de ne relier aucun boulevard, ce qui en fit un des moins prospères

Le passage Verdeau se trouve dans le prolongement du passage Jouffroy, lui-même prolongé par le passage des Panoramas. 

Le passage des Princes

Le passage des Princes fut construit en 1860, détruit en 1895 et reconstruit à l’identique en 1995. Il abrite de nombreux magasins dédiés aux jouets, aux jeux vidéo, au modélisme…Beaucoup moins charmant que les trois autres, il est aussi beaucoup moins visité.

Les passages autour du Palais Royal

Le Passage Choiseul

Le Passage Choiseul, avec ses 190 mètres, est l’un des plus longs de Paris. Louis Ferdinand Céline y vécut à la fin du XIXème siècle. Il a été rénové en profondeur en 2013, notamment pour que la verrière retrouve son ancien éclat. On y trouve aujourd’hui beaucoup de petits restaurants. 

La Galerie Vivienne

La Galerie Vivienne est l’un des passages couverts les plus connus de Paris. Elle date de 1823 et est caractérisée par sa mosaïque au sol et ses lustres de bronze et de porcelaine. Elle abrite des magasins de prêt-à-porter assez chics, un magasin de jouets anciens, un joli salon de thé et une des plus anciennes caves à vin et épiceries fines de Paris, l’enseigne Legrand. Au numéro 13, on découvrira un imposant escalier. C’est ici que Vidocq, ancien bagnard devenu chef de la Police, vécut. 

Galerie vivienne

La Galerie Colbert

La Galerie Colbert est située à côté de la Galerie Vivienne. Elle n’abrite aucune boutique mais deux instituts : l’Institut National d’Histoire de l’Art et l’Institut National du Patrimoine. On pourra y admirer le style Art déco de la brasserie du Grand Colbert – et y déjeuner.

Galerie Colbert

La Galerie Véro-Dodat

La Galerie Véro-Dodat c’est la galerie des boutiques chics, avec notamment l’atelier-boutique de Christian Louboutin. Son dallage de marbre noir et blanc en losanges lui donne un bel effet de perspective et son plafond est agrémenté de jolies gravures. 

Galerie Véro-Dodat

Les passages couverts autour du Boulevard de Sébastopol

Le passage du Grand Cerf

Le Passage du Grand Cerf, avec ses quelques 12 mètres de haut, est un des plus importants passages couverts de Paris. On y trouve des bijouteries, des magasins de mobilier design, des commerces de tricot ainsi que des bureaux et des salons de beauté.

Le passage du Bourg L’abbé

Dans le prolongement du passage du Grand Cerf se trouve le passage du Bourg L’abbé. Il est toutefois bien fade à côté et, pour paraphraser Wikipédia, il n’est plus que l’ombre de sa grandeur passée.

Le passage du Caire

C’est le plus long passage de Paris, puisqu’il fait 360 mètres. Construit en 1798, c’est aussi le plus ancien. Son nom faisant référence à l’Egypte est dû aux 3 statues de la déesse Hathor qui marquent l’entrée. Enfin, c’est aussi le passage le plus étroit de Paris. Même si son histoire est riche et intéressante, on n’y trouve aujourd’hui que des grossistes de prêt-à-porter et des fabricants de tissus.

Le passage Brady

Le passage Brady est surnommé Little India avec ses commerces et restaurants d’Inde, du Pakistan, de l’île Maurice et de la Réunion. Les saveurs se mêlent aux couleurs : épices, produits exotiques, magasins de costumes indiens…Le passage est séparé en deux, avec un côté ouvert et un autre couvert.

Le passage Molière

Le passage Molière fut construit en 1791 pour permettre aux artistes d’entrer discrètement dans le théâtre Molière. Il présente aujourd’hui assez peu d’intérêt. 

Le passage du Ponceau

Le passage du Ponceau présente aussi assez peu d’intérêt. 

Le passage du Prado

Même s’il est assez peu fréquenté, le passage du Prado est un condensé du monde en deux minutes. On y trouve des restaurants asiatiques, des salons de coiffure afro, des magasins de transfert d’argent vers l’étranger, des bureaux de traduction, des traiteurs proposant des spécialités de l’île Maurice…

Mon passage préféré à Paris et ceux que j’ai moins aimé

Mon passage préféré, c’est la galerie Véro-Dodat, complétement délaissée des autres passages en termes de fréquentation. J’ai surtout aimé son dallage et ses devantures de boutiques uniformes en bois.

Je me suis aussi promenée du côté de la Madeleine et de Saint-Lazare pour découvrir les passages du coin mais j’ai été plutôt déçue et je n’y consacre donc pas un paragraphe particulier. Le passage du Havre n’accueille que des boutiques et ne désemplit pas de monde. La galerie de la Madeleine est quasiment entièrement vide. J’ai bien aimé le passage Puteaux mais il est tout petit et ne mérite pas un détour uniquement pour le découvrir. 

Galerie Véro Dodat

Écrire commentaire

Commentaires: 0