Que faire à Philadelphie ?


On reproche à de nombreuses villes des Etats-Unis de manquer d’histoire…ce n’est pas le cas de Philadelphie. Avec une date de fondation remontant à 1681, c’est une des plus veilles villes du pays. C’est ici par exemple que la déclaration d’indépendance fut rédigée par Thomas Jefferson et que les Etats-Unis virent ainsi le jour. C’est aussi ici que fut rédigée quelques années plus tard la constitution des Etats-Unis. Elle devint ainsi brièvement la première capitale en 1790. Et c’est aussi ici que bien des années plus tard fut tournée la fameuse scène de Rocky gravissant les marches du Philadelphia Museum of Art. Située à très précisément 161 km de New-York et à 214 km de Washington, Philadelphie est une halte incontournable pour en apprendre un peu plus sur l’histoire américaine.

Quartier des musées Philadelphie

Que faire à Philadelphie : découvrir les lieux qui ont marqué l’histoire des Etats-Unis

Comme je le disais, Philadelphie est une ville qui a marqué l’histoire des Etats-Unis. On peut ainsi encore voir aujourd’hui :

- La Liberty Bell Center avec sa cloche de la liberté qui, contrairement à ce qui se dit, n’a pas sonné l’indépendance. Elle était en fait utilisée pour annoncer certains événements.

Elle devint au fil des ans une icône américaine et le symbole de Philadelphie en particulier et de la liberté plus généralement. Elle fut ainsi reprise – comme symbole – par les abolitionnistes, par les femmes en quête d’égalité, puis par les antiségrégationnistes.

Elle n’a plus sonné depuis 1846, date à laquelle elle sonna pour l’anniversaire de Georges Washington, ce qui provoqua une fissure. La visite du Liberty Bell Center est gratuite et ne nécessite pas de tickets ;
- L’Independence Hall, bâtiment où furent rédigées la déclaration d’indépendance en 1776 et la constitution en 1787.

La visite est gratuite mais il faut récupérer un ticket dans le centre des visiteurs qui se trouve juste en face…et ensuite attendre son tour pour la visite.

En récupérant un ticket aux alentours de 10h, j’ai eu droit à une visite guidée à…15h20. J’ai donc dû, alors que je n’étais pas du tout au bon endroit, repartir du côté du centre historique pour faire la visite qui était un peu décevante...

A l’intérieur il n’y a que deux pièces et le guide avait un petit accent. Je n’ai pas compris grand-chose de ses explications…dommage. Mais j’ai quand même eu droit à une petite carte de Lafayette quand je lui ai dit que je venais de France. En tout cas c’était plutôt sympa de voir l’attachement (voire la passion) que les Américains ont pour leur histoire ;
- Des bâtiments d’époque : un bureau de poste, une église, une banque, une ruelle (Elfreth’s  Alley, première rue résidentielle construite aux Etats-Unis qui date de 1702. Aujourd’hui, les 33 maisons sont encore habitées) ainsi que le musée de Benjamin Franklin et le musée Betsy Ross, la couturière du premier drapeau américain et même une vieille église réformée.
=> Tous ces bâtiments se trouvent dans le quartier historique, schématiquement à l’est de la ville. 

Que faire à Philadelphie : visiter le quartier des musées

Quartier des musées Philadelphie

Même s’il y a tout un tas de musées dans le quartier historique, et que la ville de Philadelphie est un peu un musée à ciel ouvert – on verra ensuite pourquoi - le quartier des musées à proprement parlé est situé au nord-ouest de la ville, autour de Logan Circle.

C’est ici que se trouve la fondation Barnes, dédiée à l’impressionnisme. Il s’agit d’ailleurs de la plus grosse collection privée impressionniste au monde. Elle fut réunie par un pharmacien (fortuné) et comprend des peintures de Renoir, Cézanne, Matisse et Picasso pour ne citer qu’eux.

Originalité du lieu : les tableaux sont présentés par affinité comme ils l’étaient chez Barnes. Ils sont ainsi regroupés par thème, couleurs et tailles sans vraiment de fil directeur.

C’est aussi ici que se trouve le Philadelphia Museum of Art, dont les marches ont été immortalisées dans Rocky. D’ailleurs les marches ont tout simplement été renommées Rocky Steps.

Hormis le fait qu’il soit le troisième plus grand musée des Etats-Unis, un « After Five » s’y tient tous les vendredis à partir de 17 h. Le grand atrium se transforme en bar et accueille des concerts du monde et un énorme buffet. 

Enfin, si vous aimez les sculptures, ne manquez pas de faire un tour au musée Rodin. (En ce qui me concerne, et comme j’avais déjà visité le musée Rodin situé dans l’hôtel Boiron à Paris, j’ai passé mon tour pour ce musée).

On ne manquera pas dans le même coin d’admirer la Cathédrale basilique de Saint-Pierre et Saint-Paul.

Enfin, un peu plus au nord, se trouve la Eastern State Penitentiary, une ancienne prison ouverte en 1829. A l’époque, elle faisait figure de précurseur et a même révolutionné le monde carcéral. Pour la première fois les prisonniers étaient seuls dans leur cellule et ne subissaient pas de châtiments corporels.

Quartier des musées Philadelphie

Que faire à Philadelphie : se balader le long de la rivière Delaware

La première fois que j’y suis allée, il faisait tout gris et il pleuvait. J’y suis retournée deux jours plus tard sous un grand soleil. On pouvait bien voir le pont Benjamin Franklin depuis Penn’s Landing. Long de près de 3 km, il était le pont suspendu le plus long au monde lors de sa construction en 1926. Il marque la frontière entre la Pennsylvanie et le New Jersey et est emprunté chaque jour par quelques 100 000 voitures.

Que faire à Philadelphie : admirer l’hôtel de ville et se prendre en photo devant le symbole « Love »

Love Park n’est pas vraiment un parc mais plutôt un petit coin de verdure où se situe la statue « love » de l’artiste pop art Robert Indiana. Depuis 1970, il a fait des émules et on en trouve un peu partout : à New-York, à Tokyo…Elle se situe juste à côté de la mairie.

D’ailleurs, si l’hôtel de ville a des allures familières, c’est tout à fait normal ! Il a été copié sur le Louvre et l’hôtel de ville de Paris ! Il s’agit du plus grand bâtiment municipal du pays et sa construction a coûté la modeste somme de… 18 millions de dollars. On peut y pénétrer et grimper au sommet de la tour pour admirer la vue à 360° sur la ville.

Pas loin de là se trouve le temple maçonnique. Alors que pour nous c’est plutôt – voire complétement - une société secrète, la franc maçonnerie est plutôt transparente aux Etats-Unis. Elle compte pas moins de 2 millions de membres répartis sur 50 loges (une par état). Alors je n’ai pas visité l’intérieur mais il semble quand même incroyable : chaque pièce à son propre style : Renaissance, égyptienne ou s’inspirant de l’art maure de l’Alhambra en Andalousie. 

City Hall Philadelphie

Que faire à Philadelphie : découvrir l’art de rue

Murals à Philadelphie

Philadelphie est un véritable musée à ciel ouvert, avec ses nombreuses statues et surtout ses « murals » : plus de 3 500 façades peintes à travers la ville. C’est en 1984 que le projet a vu le jour pour nettoyer la ville des nombreux tags sur les façades. Des murs entiers ont alors été dédiés aux graffeurs. Il y en a de toutes sortes : symbolisant un personnage de la ville ou d’une communauté, un événement ou un concept (la paix, l’intégration…).

Au-delà des fresques, c’est un véritable programme d’art public qui est mis en place, donnant un travail à 300 artistes locaux. Chaque nouveau mural est réfléchi collectivement. On en compte d’ailleurs environ 50 nouveaux tous les ans pour un coût moyen de 20 000 dollars par fresque, financé par la ville ainsi que des entreprises privées et des fondations. Plusieurs circuits en tram, en voiture ou à pied permettent de les voir davantage – voici un plan des fresques au centre-ville

Murals à Philadelphie
South Street Philadelphie

Après les fresques, passons aux mosaïques

Cette fois ci c’est dans South Philly que ça se passe où Isaiah Zagar, un artiste mosaïste, a laissé toute sa créativité s’exprimer !

Il a ainsi décoré et façonné le Magic Garden, sa maison et son jardin, avec des mosaïques et des objets de décoration en tout genre (bouteilles en verre, roues de vélo…).

Mais pour apercevoir ses œuvres, on n’est pas obligé de payer les 10$ d’entrée du Magic Garden. Il suffit de se promener sur la South Street pour découvrir ses œuvres sur les façades de magasin ou dans les ruelles qui bordent la rue commerçante. 

Que faire à Philadelphie : se promener dans les quartiers résidentiels, vers Washington Square

Tout autour de Washington Square se trouvent plein de jolies maisons en brique rouge. Un peu plus au sud, en redescendant vers South Street, on peut pénétrer dans la vie des Philadelphiens et découvrir leurs maisons colorées en passant devant de petites ruelles fleuries. Un petit point historique : Washington Square était autrefois un lieu où les esclaves pouvaient se retrouver et enterrer leurs morts. Il abrite aujourd’hui la tombe du Soldat inconnu. 

Que faire à Philadelphie : d’autres idées…

Voici plein d’autres idées de visites et d’activités à faire à Philadelphie :

  • Acheter des produits Amish au Reading Terminal Market. Le marché, qui a ouvert il y a 120 ans, est un véritable condensé du melting pot américain : fermiers en chemise à carreaux, Chinois vendant des soupes, mamas italiennes confectionnant leurs spécialités, jeunes femmes amishs étalant leurs produits…il y en a pour tous les goûts ;
  • Goûter à la spécialité locale, le cheesesteak : sandwich de bœuf grillé tapissé de fromage et d’oignon ;
  • Faire les boutiques : je ne suis pas une grande passionnée de shopping et généralement, quand je vais dans des pays étrangers, je ne vais jamais dans les centres commerciaux. Mais il faut savoir qu’en Pennsylvanie, il n’y a pas de taxe sur les vêtements et les chaussures (grâce aux pionniers qui avaient demandé à ceux que les plus pauvres puisse se vêtir).
  • Se balader dans Chinatown, admirer les murals et même la caserne de pompiers aux couleurs du quartier. Vous pouvez aussi faire un tour au Chineese Lantern Festival qui se situe sur le square Franklin (mais pas toute l’année il me semble)
  • Monter à la passerelle d’observation de la tour One Liberty Place ;
  • Voir et écouter un des plus grands orgues au monde dans le magasin Macy’s ;
  • Visiter le musée Edgar Allan Poe : l’intérieur de la maison a été laissé « dans son jus » sans peinture ni meuble si ce n’est dans le salon décoré avec tout ce qu’un homme se doit d’avoir selon une nouvelle satirique de l’écrivain. Le musée a toutefois le mérite d’être tenu par des passionnés qui peuvent parler de Poe pendant des heures (et il est gratuit) !
Philadelphie musée Edgar Allan Poe

Que faire à Philadelphie : questions pratiques

Combien de temps rester à Philadelphie ?

J’avais lu qu’en une journée on faisait facilement le tour de Philadelphie. Pour moi ce n’est pas assez ! Il faut compter au moins 2 jours pour bien découvrir la ville et faire quelques musées (si vous n’êtes pas fan des musées, 1 jour et demi suffisent). En ce qui me concerne, j’y ai passé quatre jours : deux pour visiter Philadelphie, un pour visiter Atlantic City et un autre pour découvrir le pays Amish.

Quartier des musées Philadelphie

Où dormir à Philadelphie ?

En règle générale les logements (en tout cas sur Airbnb) sont moins chers à Philadelphie qu’à New-York ou Washington. On peut trouver des chambres très correctes pour une quarantaine d’euros la nuit dans le centre historique ou dans le quartier des musées. C’est ici qu’il faut chercher un hébergement. C’est très sûr et proche de tout !

Comment se déplacer à Philadelphie ?

L’avantage de Philadelphie est que tout peut se faire à pied ! Je n’ai jamais eu besoin de prendre le métro ou le bus pour visiter la ville. Le centre-ville est tout de même assez grand avec d’un côté le quartier des musées et de l’autre le quartier historique. C’est plutôt facile de se repérer aussi ! Il faut avoir quelques grands repères : le quartier des musées est au nord-ouest et le quartier historique est au nord-est. Pour simplifier, on dira que l’hôtel de ville est à peu près au centre.

Comment se rendre à Philadelphie ?

Si vous venez de Washington ou de New-York, il est possible de venir en bus ou en train. Les bus sont très confortables et sont surtout moins chers que le train. Je suis venue de Washington en bus avec Megabus. L’arrêt de bus se situe au niveau de la gare. Pour repartir jusqu’à Baltimore, j’ai pris le bus Greyhound. L’arrêt de bus se trouve au niveau de Chinatown. 

Independance Hall  Philadelphie

Écrire commentaire

Commentaires: 0