Les immanquables et les insolites de Montmartre


Montmartre est un de mes quartiers préférés à Paris ! Sa petite atmosphère de village n’a rien d’étonnant. L’endroit ne fut en effet intégré à Paris qu’en 1859. Il devint à la fin du XIXème siècle le lieu de rendez-vous préféré des artistes en tout genre (avant qu’une nouvelle génération n’arrive lui préférant Saint Germain des Près). Ses cabarets – Moulin-Rouge en tête – lui donnèrent une réputation de lieu de dépravation, qui est encore visible dès qu’on arrive au boulevard de Clichy. Dans un tout autre style, Jean-Pierre Jeunet mis plus récemment le quartier en valeur dans Amélie Poulain.

Quand j’ai débarqué à Paris il y a déjà quelques années, pour moi, Montmartre ce n’était que le Sacré-Cœur. Mais à force de m’y promener, j’ai découvert d’autres endroits cachés un peu plus insolites ! Dès qu’on s’éloigne du Sacré-Cœur, on tombe ainsi sur des petites ruelles sinueuses, des squares, des terrasses et même des vignes ! Comme il serait dommage de ne traiter que l’un de deux, j’ai décidé dans cet article de tout répertorier : les immanquables et les insolites de Montmartre. 

Les immanquables et les insolites de Montmartre derrière le Sacré-Cœur

Villa Léandre à Montmartre

L’arrière du Sacré-Cœur est relativement épargné des visiteurs.

C’est ici que se trouve la Villa Léandre avec ses maisons de style Art Déco. On y accède depuis l’avenue Junot, qui abrite également de belles demeures ou depuis l’allée des Brouillards avec le château du même nom qui date du XVIIIème siècle.

En remontant vers Montmartre, on arrivera à la place Dalida où trône un buste en bronze de la chanteuse, puis à la fameuse Maison Rose avec sa façade au charme pittoresque.

En redescendant rue des Saules, on pourra voir la vigne de Montmartre, la seule encore existante à Paris. Tous les 1ers samedis d’octobre se tient la fête des vendanges.

Enfin, à côté, se situe Le lapin Agile, un ancien cabaret fréquenté par des artistes, à l’allure d’une petite maison campagnarde.

En face du Lapin Agile se trouve le cimetière de Saint-Vincent, et, plus loin le cimetière de Montmartre. Il retrace toute la créativité artistique du quartier et abrite les tombes de Degas, Berlioz, Offenbach, la Goulue, Dumas et Truffaut, entre autres.

On pourra ensuite tourner sur la rue Saint-Vincent pour admirer le Sacré-Cœur sous un autre angle.  

Maison Rose de Montmartre
Lapin agile à Montmartre

Les immanquables et les insolites de Montmartre en haut de la butte

Sacré-Cœur à Montmartre

La butte Montmartre est le centre névralgique du quartier.

C’est ici que les visiteurs se font prendre le portrait ou viennent tout simplement manger à la place du Tertre. Il s’agit du point le plus élevé de Paris.

Parmi les restaurants typiques de la place se trouve La mère Catherine qui date de 1793 et, un peu plus loin, Le Consulat, un petit bistrot typique. Au n°23 de la place du Tertre se trouve l’ancien siège de la commune libre fondée en 1920 pour « perpétuer l’esprit bohème du quartier ».

D’ailleurs, on pourra continuer dans la rue du Consulat – la Rue Norvins – pour voir le Passe-muraille. Il s’agit du héros de la nouvelle de Marcel Aymé, « le Passe-muraille » qui se retrouva coincé dans le mur. Il fut immortalisé par Jean Marais, acteur et sculpteur.

C’est aussi en haut de la butte que se trouve le Sacré-Cœur de style romano byzantin. Sa construction commença dans les années 1870 et s’acheva en 1914. Il s’agit du deuxième monument le plus visité de Paris. Et, dans la série des classements, son dôme est aussi le deuxième plus haut sommet de Paris après la Tour Eiffel (le monument le plus visité de Paris est quant à lui Notre-Dame).

A l’intérieur, on peut admirer sa crypte voutée et sa grande mosaïque du christ. De l’extérieur, on pourra contempler son portail en bronze. Pour avoir une belle vue sur la Sacré-Cœur, il faut descendre de nombreuses marches pour arriver au square Wilette mais vous ne serez pas seul.

En descendant, vous verrez sur votre gauche une photo souvent immortalisée sur Instagram : un immeuble en brique rouge qui, si elle se trouve inclinée en prenant comme ligne horizontale la petite montée en pente, devient un immeuble qui s’affaisse avec un joli effet d’optique. Mes explications n’étant pas très claires, le plus simple est de regarder les photos.

Sinon, j’ai réussi à prendre une belle photo depuis le marché de Saint-Pierre. Il s’agit du magasin de tissu situé à côté de la Halle Saint-Pierre, un espace dédié à l’art brut, c’est-à-dire l’art crée par des amateurs, des personnes ignorant les canons artistiques. De nombreux événements s’y tiennent régulièrement comme des pièces de théâtres, des soirées littéraires.

Si vous êtes friand de musées, vous pourrez visiter l’espace Dali Montmartre où sont exposées plus de 300 œuvres de l’artiste, mises en scène avec un jeu de lumière et au son du rythme de sa voix pour refléter sa personnalité.

L’autre musée du quartier n’est autre que le musée de Montmartre où se trouvent les œuvres d’artistes qui vécurent dans le quartier. Il se situe dans une grande bâtisse blanche, ancienne demeure de nombreux artistes historiques du quartier.

Consulat à Montmartre

Les immanquables et les insolites de Montmartre en redescendant vers Abbesses

Passage Lepic à Montmartre

En redescendant de Montmartre aux Abbesses, on pourra découvrir le Moulin de la Galette, ou plutôt les Moulins de la Galette. En effet, de la trentaine de moulins qui existaient à l’époque et qui servaient à moudre le grain et à presser le raisin, seuls deux subsistent ! Le premier est un restaurant qui s’appelle le Moulin de la Galette. Le second, le vrai qui date de 1622, se situe un peu plus loin.

On peut aussi voir le Bateau-Lavoir, une ancienne fabrique à pianos. De nombreux artistes y vécurent. Pour la petite histoire, ils ne disposaient que d’un seul robinet pour tous et devaient dormir à tour de rôle car il n’y avait pas assez de lits pour tous. C’est ici que Picasso y peignit Les demoiselles d’Avignon en 1907. Détruit par un incendie en 1970, il fut remplacé par une réplique en béton.

En continuant sur le rue Garreau, on découvre une épicerie qui ne paye pas de mine mais qui attire pourtant de nombreux curieux. Il s’agit de l’épicerie de la Maison Colignon, immortalisée dans Amélie Poulain.

Un peu plus loin, rue Lepic, on pourra aussi admirer le café des Deux Moulins, toujours issu du film de Jean-Pierre Jeunet, mais il est beaucoup moins charmant.

C’est au niveau de la place des Abbesses que se trouve le fameux mur des je t’aime, un lieu de rendez-vous unique pour les amoureux du monde. On pourra aussi admirer l’entrée du métro, avec sa marquise en fer forgé et ses verres de lampe dans le style Art Nouveau.

En redescendant au niveau de la Place de Clichy on tombera bien sûr sur le fameux Moulin-Rouge. Le cabaret fut construit en 1889 et remplacé par un dancing en 1900. Aujourd’hui seules les ailes rouges sont d’origine. J’ai eu l’occasion d’y aller avec mon ancien de travail pour voir un spectacle et j’ai énormément rigolé : le spectacle est hyper kitch !!

N’oubliez pas d’admirer les ruelles/impasses tout autour : le passage Lepic, en face du café des Deux Moulins, la Cité du Midi avec les anciens bains douche de Pigalle et enfin la villa des Platanes, qu’on pourra apercevoir de loin depuis le Boulevard car son accès est interdit. 

Mur des je t'aime à Montmartre
Epicerie Amélie Poulin à Montmartre

Ces articles pourraient vous intéresser :

Vous aimez cet article? Epinglez-le sur Pinterest


Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Biquet (samedi, 14 avril 2018 15:22)

    Merci pour l'article! Pourquoi choisir entre insolites et immanquables quand on peut faire les deux?

  • #2

    JeanYves (lundi, 16 avril 2018 10:48)

    Bonjour,
    Merci pour cet article! Il faut environ combien de temps pour tout faire?
    Merci

  • #3

    Clothilde (mardi, 17 avril 2018 22:28)

    Oui, Biquet, exactement :)

  • #4

    Clothilde (mardi, 17 avril 2018 22:31)

    Bonjour JeanYves,
    Il faut compter environ 2h30. J'ai mis un peu plus car je prends beaucoup de photos...Si vous voulez visiter le Sacré-Coeur et les musées, il faudra compter encore plus