Que visiter à Saint Malo ?


Depuis toujours, la ville de Saint-Malo a su bénéficier des bienfaits de la mer. Elle prend véritablement son envol économique au début du XVIème siècle avec le développement du commerce maritime. En plein axe de la guerre opposant l’Angleterre à la France sous Louis XIV, la ville devient le repère des corsaires, sortes de pirates légalisés par le roi. La ville s’enrichit alors et de belles demeures corsaires sont construites. Les remparts édifiés au XIIème siècle sont améliorés et c’est un véritable arsenal défensif qui est mis en place par Vauban. C’est aujourd’hui autant de visites à faire dans la ville qui se targue de ne jamais avoir été conquise. On aimera aussi se détendre sur les plages de la cité malouine et se promener dans son centre, qui, avec ses remparts, est souvent comparé à un vaisseau de pierre. 

Saint-Malo

Que visiter à Saint-Malo : ses remparts

Saint-Malo

Les premiers remparts de Saint-Malo furent construits au XIIème siècle pour recevoir le siège épiscopal. Au XVIIème siècle, la ville se dote d’un véritable arsenal de défense pensé par Vauban sur ordre de Louis XIV. Des remparts encerclent alors la ville et des forts sont construits aux espaces stratégiques. Ils permettent alors de protéger Saint-Malo, premier port de commerce en France, des Anglais.

 

Il faut compter environ une heure pour faire le tour des remparts. Il est possible de les rejoindre à partir des portes situées aux quatre coins du centre.

 

La première porte que l’on voit en arrivant à Saint-Malo est la porte Saint-Vincent. En les longeant, on arrive à la Maison de Corsaire qui marque l’angle des remparts sud. C’est aussi ici que se trouve le bastion Saint-Louis gardé par la statue de Dugay-Trouin, un célèbre corsaire.

Les remparts ouest donnent sur les embarcadères de vedettes. Puis, les remparts nord longent les différentes plages de la cité malouine. Au Moyen-Age, les chiens de guet étaient lâchés sur ses plages pendant toute la nuit pour protéger les bateaux échoués. On arrive ensuite au Bastion de la Hollande avec ses canons où trône fièrement la statue de Jacques Cartier, découvreur du Canada. Au milieu des remparts nord se trouve la crêperie du corps de garde dans une ancienne salle de garde du XVIIème siècle. A l’angle des remparts nord et est se trouve la Tour Bidouane. A gauche de la tour, la statue du corsaire Robert Surcouf pointe du doigt l’ennemi anglais.

 

 

Pour voir le plan des remparts, rendez-vous sur le site Internet de la ville de Saint-Malo : http://www.st-malo.com/tourisme/activites-de-plein-air/les-remparts/

Les forts qui assuraient la défense de Saint-Malo sont aussi disséminés aux quatre coins de la ville.

  • Le fort national, anciennement appelé fort royal puis fort impérial est visible depuis les remparts est de la ville.  Le fort est bâtit en plein milieu de la mer. Il est possible de les visiter avec un guide. On découvrira alors ses enceintes, ses différentes salles et ses souterrains ;
  • Le fort du Petit Bé, sur l’île du même nom, à quelques mètres de l’île du Grand Bé à l’angle des remparts est et nord ;
  • Le fort de la Conchet, situé en face de la grande plage du Sillon. Construit sur un îlot rocheux de 32 mètres au-dessus de la mer, le monument est aujourd’hui privé.
Saint-Malo
Saint-Malo
Saint-Malo

Que visiter à Saint-Malo : son centre-ville

Le centre-ville de Saint-Malo, à l’intérieur des remparts, regorge de petits trésors comme des maisons de corsaires et des vestiges du Moyen-Age ayant échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale.  On y découvrira ainsi :

  • La cathédrale Saint-Vincent dont la construction s’étala du XIIème au XIXème siècle ;
  • La maison du Québec en hommage à Jacques Cartier, navigateur originaire de Saint Malo qui découvrit le Canada en 1534. Si vous avez le temps, vous pouvez vous rendre au manoir de Limoelou, entre Saint-Malo et Cancale. Il s’agit d’une demeure du XVIème siècle qui abrite aujourd’hui le musée du grand explorateur et navigateur ;
  • La Maison d’Alfeld, hôtel particulier construit par un armateur, corsaire et directeur de la compagnie des Indes Orientales sous Louis XIV, François-Auguste Magon de la Lande. La bâtisse s’étend sur 700 mètres carrés pour 60 pièces ;
  • Le musée de Saint-Malo, un musée d’histoire, situé dans la tour du Grand Donjon et dans la tour Générale. Le Grand Donjon, vestige du château construit au XVème siècle, offre un beau panorama sur la ville et la baie. L’hôtel de ville s’est également installé dans une partie de l’ancien château construit par les ducs de Bretagne ;
  • La maison Pélicot, une des plus vieilles maisons de Saint-Malo, construite au début du XVIIème siècle. Elle accueille aujourd’hui la maison internationale des poètes et écrivains. 

Que visiter à Saint-Malo : ses plages

Si vous voulez vous détendre ou vous baigner à Saint-Malo, voici certaines de ses plages :

  • La plage du Sillon qui attire les férues de sports nautiques. Longue de 3 kilomètres, elle s’adresse aussi aux amateurs de grandes promenades ;
  • La plage du Môle, prisée par les habitants de Saint-Malo car abritée du vent. En face se trouve Dinard, le fort La Latte et l’entrée de la Rance ;
  • La plage du Bon-Secours avec sa piscine naturelle d’eau de mer renouvelée à chaque marée et son plongeoir ;
  • La plage de l’Eventail aux pieds des remparts, offrant une vue imprenable sur le fort National.

Rendez-vous sur le site de l’office du tourisme pour la liste complète des plages : http://www.st-malo.com/tourisme/activites-de-plein-air/les-plages/

Plage du Sillon à Saint-Malo

Que visiter à Saint-Malo : d’autres idées

Etoile du Roy à Saint-Malo

Voici d’autres idées de visite à Saint-Malo :

  • L’étoile du Roy, sur le quai Duguay-Trouin. Il s’agit d’une « réplique d’une frégate corsaire de 47 mètres datant de 1745 ». Elle est composée de 3 mats et pèse 310 tonnes ;
  • Se promener dans le port du quartier Saint-Servan en passant par la presqu’ile de la cité d’Alet depuis l’intérieur des remparts ;
  • Visiter les collections sur la navigation au long cours et les cap-horniers du musée de Saint-Malo dans la tour Solidor. Il s’agit d’un donjon fortifié composé de trois tours réunies par des courtines ;
  • Découvrir les villas datant de la Belle Epoque dans les quartiers du Sillon et de Courtoisville, le long de la Digue de Rochebonne, au nord du centre-ville. Les villas s’y sont développées à la fin du XIXème siècle quand l’engouement pour les bienfaits des bains de mer donna naissance aux prémices du tourisme balnéaire ;
  • Se rendre sur la tombe de Chateaubriand, natif de Saint-Malo, située sur l’île du Grand Bé. On ne peut y accéder à pieds que pendant la marée basse. Attention si vous décidez de vous y rendre, la marée monte vite et on peut risquer d’y rester prisonnier pendant plusieurs heures ;
Maison Belle Epoque à Saint-Malo
  • Assister aux grandes marées au printemps et en automne ;
  • Visiter les malouinières, demeures construites par les armateurs et les corsaires malouins au XVIIème et XVIIIème siècle. On se souvient des plus célèbres d’entre eux : les corsaires Duguay-Trouin et Surcouf. Sur ordre du roi, ils étaient chargés d’attaquer et de piller les navires marchands anglais. Le butin était alors partagé entre l’équipage, l’armateur et le roi. De belles demeures corsaires furent alors construites à Saint-Malo ainsi que les remparts et les forts. 
Saint-Malo

Écrire commentaire

Commentaires : 0