Visiter Aphrodisias en Turquie


Le site d’Aphrodisias est un site gréco-romain se trouvant à 250 kilomètres au nord-ouest d’Antalya et à 200 kilomètres au sud-est d’Izmir en Turquie. La ville, qui comptait à son apogée jusqu’à 30 000 habitants, était dédiée à la déesse grecque de l’amour, Aphrodite. Les premières fondations de la ville remontent aux Lélèges, il y a de cela plusieurs siècles avant JC. La ville se développa considérablement à l’époque grecque, du Vème au IIème siècle avant JC, puis pendant la domination romaine, de 146 avant JC à 330 après JC. Un tremblement de terre au IVème siècle détruisit une partie de la cité et le culte d’Aphrodite prit fin avec le christianisme. Le site fut alors progressivement enseveli et recouvert par un village. Il n’a été redécouvert qu’au XXème siècle. La ville compte de nombreux édifices bien conservés. 

Aphrodisias en Turquie

Visiter Aphrodisias : le théâtre

Théâtre d'Aphrodisias

Le théâtre d’Aphrodisias fut construit entre 300 et 30 avant JC. Avec ses 27 rangées de sièges, le théâtre pouvait accueillir entre 7 750 et 15 000 personnes.

A proximité de cet édifice, se trouve le tetraston qui date du IVème siècle. Ce bâtiment servait à la fois de lieu de réunion aux étrangers et de lieu de rassemblement des citoyens avant d’aller au théâtre.

Visiter Aphrodisias : le tetrapylon

Le tetrapylon est une porte monumentale qui date du IIème siècle. De marbre blanc issu de la carrière qui se situait à proximité de la ville d’Aphrodisias, le tetrapylon se trouvait au croisement de la rue principale et de la rue du temple de la déesse Aphrodite.

Visiter Aphrodisias : l’odéon

Odéon d'Aphrodisias en Turquie

L’odéon d’Aphrodisias, qui servi aussi de bouleuterion, fut construit entre la fin du IIème siècle et le début du IIIème siècle.

Auditoire avec une enceinte semi-circulaire, l’odéon était un lieu dédié aux spectacles musicaux ainsi qu'un lieu de rassemblement des citoyens les plus aisés.

Véritable lieu du pouvoir politique, c’est là où se déroulaient les réunions publiques.

Sur les 21 rangées de gradin, 9 sont intactes. Les autres se sont effondrées. 

Visiter Aphrodisias : le portique de Tibère

Le portique de Tibère est un édifice se trouvant au centre de la ville, entre l’agora, le théâtre, la grande basilique et les termes d’Hadrien. Il a connu plusieurs phases de construction entre le Ier et le Vème siècle. On ne connait pas vraiment la fonction de ce bâtiment : certains spécialistes pensent qu’il s’agissait de l’agora, d’autres d’un gymnase.

Visiter Aphrodisias : le stade

Stade d'Aphrodisias en Turquie

La construction du stade d’Aphrodisias remonte au Ier siècle.

C’est un des stades les plus grands et les mieux conservés de Turquie. Mesurant plus de 260 mètres de long pour 60 mètres de large, il pouvait accueillir 30 000 personnes.

Divers événements s’y déroulaient : fêtes en l’honneur d’Aphrodite, réunions politiques, compétitions sportives (lutte, saut en hauteur, course, lancer de javelots, combat de gladiateurs…).

Stade d'Aphrodisias en Turquie

Visiter Aphrodisias : le Sebasteion

Sebasteion d'Aphrodisias

Le Sebasteion est un monument religieux construit en marbre.

Edifié entre 20 et 60, il était dédié à l’empereur Auguste qui apporta, à cette époque, la paix dans la région dévastée par les guerres civiles.

Visiter Aphrodisias : les thermes d’Hadrien

Les thermes d’Hadrien furent construits pendant le règne de l’empereur c’est-à-dire entre 117 et 138 après JC. Le bâtiment de marbre était alimenté en eaux chaudes grâce à un système de tuyauteries dans le sous-sol. Les thermes abritaient des bains et étaient accessibles à toutes les couches de la population. On y venait pour se laver mais aussi pour se détendre et parler affaires.

Visiter Aphrodisias : le temple d’Aphrodite

Temple d'Aphrodite en Turquie

Le temple d’Aphrodite a été construit aux environs du Ier siècle avant JC puis transformé en basilique au Vème siècle après JC. A l’époque grecque, la déesse Aphrodite était la déesse de l’amour et de la sexualité.

Elle était assimilée à Venus dans la mythologie romaine.

Il ne reste aujourd’hui que 14 colonnes des 40 initiales. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0